Des pneus lors d'une violente manifestation à Labé
Des pneus lors d'une violente manifestation à Labé

En ce vendredi matin, Labé panse ses plaies après les violences de la veille qui ont vu la mort de trois hommes dont l’ambulancier de l’hôpital régional. Une chose sur laquelle les parties sont d’accord : Le bilan est lourd.

Le coordinateur local du FNDC parle de trois morts tandis que chez les policiers, une liste de 35 blessés est brandie même si au moment du constat seulement deux d’entre eux étaient présents, l’argument donné est qu’il n’y pas assez de place pour tous les contenir.

Chose curieuse, l’ambulancier de l’hôpital régional allé récupérer le corps de la première victime de la journée a été tué suite à des violences des forces de l’ordre des témoignages faits par les riverains du lieu du crime.

Un homme qui e trouvait dans son véhicule au moment des faits a été sollicité mais semble être sous l’emprise de la panique au moment des faits :

« Je ne sais pas ce qui est arrivé au chauffeur en réalité, j’étais d’un côté, lui de l’autre, il pleuvait de projectiles et de gaz lacrymogène en tout cas moi j’étais traumatisé, j’étais sous le choc, je ne me contrôlais même pas… »

Ce triste bilan ne semble faire fléchir aucun des camps et le coordinateur du FNDC estime que devant le silence qu’il qualifie de coupable du préfet Safioulahi Bah, désormais son départ est une exigence à côté  de celui du gouverneur Madifing Diané que les citoyens qualifiaient de  tortionnaire et de sanguinaire sur les réseaux sociaux jeudi soir et  ce vendredi.

Ousmane K Tounkara