L’adage qui dit que la vieillesse n’est point un antidote contre la bêtise ne pouvait trouver  meilleure illustration que les âneries débitées par le Sieur Mansour Kaba lors de son inopinée réapparition sous les feux des projecteurs de la scène politique Guinéenne. En hibernation forcée pour avoir été floué par Alpha Condé, le Sofa Mansour se redécouvre soudain des vertus de Quaker abolitionniste. Avec ses cheveux poivre sel, arborant un air sympathique comme celui des toilettes d’une station d’essence de Conakry, il enfourche son cheval de bataille et se donne la permission comme un grand de traverser les terres déjà conquises par Alhassane Goebbels Condé. Vaillamment, il exerce ses talents d’humaniste face à une injustice que même Gaston Deferre avait ignoré. L’éléphant Mansour dépoussière bruyamment notre boutique de porcelaine ethnique, balaye les étagères, vide les tiroirs et déchire le cahier de charges. Il y découvre des esclaves et des serfs, boulets de fer aux pieds, marqués au fer rouge et surtout  laissés sur le carreau en dépit d’un demi-siècle de pratiques islamiques, d’humanisme et de civilités.
Loin d’être les élucubrations d’un sénile en perte de vitesse ou bien les pitreries d’un coq de basse cour histoire de signifier son existence, la sortie abracadabrantesque du Sofa Mansour est en réalité une vision, un programme politique, un projet de société. A la différence du médiocre Alpha Condé qui a subi l’école donc qui n’a rien appris d’elle pour cause  d’activisme, le Sofa Mansour a le mérite d’avoir été à l’école, la bonne d’ailleurs, celle de l’impérialisme Allemand. Par conséquent, il est rationnel, calculateur et méthodique. Sa logorrhée raciste n’est rien d’autre qu’une mission de Donzo. Plus fin géomètre que brillant architecte, il est tout juste entrain de poser les jalons de la nouvelle frontière de l’empire Mandingue. Le propre de tout empire étant d’accroitre sa sphère d’influence, Mansour Kaba, Alpha Condé, Goebbels Condé et compagnie ont estimé que  la savane aride n’est plus en mesure de contenir leurs velléités hégémoniques. Eureka ! Le relief montagneux, les plaines et vallées du Foutah offrent alors les meilleures perspectives d ‘expansion. Cependant si l’annexion et la pacification de la Guinée forestière ont pris peut être plus d’un siècle, la conquête du Foutah a des impératifs d’urgence. Les prochaines élections législatives seront alors le départ du déroulement du rouleau compresseur Manden Djallon qui va déferler sur le Foutah avec toutes les conséquences en termes de tragédies et de désolations qui en découleront.
A Mes amis Peulhs, nos parents ont commis l’erreur fatale de sous- estimer la cruauté du sanguinaire Sékou Touré et se sont laissé dévorer comme des cabris par une meute de loups. Nos ainés à leur tour sont entrain de s’abriter derrière l’islam pour cacher notre incapacité congénitale à rendre les coups que l’on continue de recevoir depuis 1956. Nous avons toujours l’idée saugrenue de sous traiter la sécurité de nos familles et de nos biens à des forces célestes et divines. Pourtant c’est toujours après la mosquée que les hordes sauvages viennent tirer sur nos enfants comme sur des pigeons, violer nos sœurs et saccager nos domiciles. Il n’y a aucun mal à défendre sa vie et celle de ses enfants. La communauté internationale ne peut qu’exprimer son indignation, sa préoccupation et au plus nous larguer des sachets d’eau, des biscuits salés et des couvertures. Le principe d’une dent contre toute la gueule est inscrit parait il quelque part dans le Coran. C’est le moment ou jamais d’en faire usage au risque d’être chassés de nos terres ancestrales. Les élections ou plutôt les sélections prochaines Online Casino seront celles de tous les dangers quel que soit le verdict des urnes. Alors au lieu de chercher à envoyer des « dépités » à  l’Assemblée nationale qui vont continuer à nous les casser avec l’eternel refrain « la Guinée est un scandale géologique », nous avons plutôt besoin de leaders capables de mettre en place une véritable ligne Maginot équipée pour tailler en pièces détachées les barbares qui vont certainement nous attaquer. D’ailleurs à force d’entendre ce sempiternel refrain j’ai la vague impression que chaque Guinéen a un gros morceau de bauxite qui se balade en permanence entre le cervelet et la moelle épinière. Nous devons mettre en place des brigades de coupeurs de gorges, d’oreilles et d’orteils. De préférence avec des couteaux non tranchants. Des brigades d’auto-défense capables de transférer la sueur, les larmes et le sang dans le camp de nos assaillants. Il faudrait que ces barbares goutent à l’immense plaisir d’enterrer leurs propres enfants, d’être orphelins, veufs ou mutilés à vie. Bref des brigades capables de faire comprendre à ses apprentis conquistadores une fois pour toutes que le Soudan vient bien avant la Somalie ! C’est là où réside malheureusement la solution à toutes nos angoisses de respect, de sauvegarde, d’intégrité de notre espace géographique et surtout d’harmonie avec les autres composantes de la société Guinéenne.
A mes chers amis Malinkés, un groupuscule extrémiste motivé par une haine inouïe pense à tort que l’essor du Mandé  passe inéluctablement par la désintégration et la destruction du  pouvoir économique, politique et social du Foutah. Pour ce dangereux groupuscule, derrière tout Peulh se cache un Cellou Dalein ou un Bah Oury qu’il faut absolument abattre ou à défaut balancer en exil. Leurs esprits carrés ne leur permettent pas de comprendre qu’i l ya des millions de Peulhs qui ne se sentent nullement concernés par les nauséabondes tractions politiques actuelles, du moment que cela ne va absolument rien changer à leur misérable quotidien. La plupart des politiciens n’étant que des brasseurs de vent qui ne se soucient que du bien être de leurs familles et de leurs proches.
Chers amis, ensemble nous avons organisé des journées de marche et de protestation sous la canicule d’Atlanta devant le Centre Carter pour extraire un certain « opposant historique »  des griffes acérées du Paysan-Président Conté. Devant le palais de verre des Nations Unies sous l’hiver glacial de New York nous avons dénoncé avec véhémence  la folie meurtrière de la fripouille et pieds- en l’air Dadis Camara. Votre pugnacité a été sans failles lorsqu’il s’agissait de dénoncer la dérive dictatoriale de Lansane Conté  devant les grilles de la maison blanche à Washington. Allons-nous à présent laisser un propre à rien ou du moins un marchand d’illusions comme Alpha Condé annihiler la dynamique de notre pacte social que même la Révolution meurtrière du boucher de Faranah n’a pu ébranler ? Allons-nous continuer à garder un silence coupable face aux expéditions meurtrières des Donzos du RPG sur de paisibles populations comme si le sang des Peulhs ne contenait pas suffisamment d’hémoglobine, de globules rouges et blancs ? La réponse est certainement Non. La raclée magistrale que la jeunesse de Kankan a administrée au nullard Condé Alpha vient de le confirmer. Pour une fois, le roi est nu, du moins on lui a proprement baissé la culotte jusqu’aux orteils. Si j’avais un chapeau, je l’aurai tiré pour la jeunesse de Kankan. Elle a eu le mérite de nous montrer le chemin à suivre.
Pour revenir à l’intrépide Donzo Mansour, au lieu du politiquement correct « vous mentez » de Koto Sidoux Barry, je serai  plutôt tenté de dire  Mansour Kaba A Wottu
Tibou  Barry pour Aminata.com
Atlanta, Georgia, USA

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here