Les institutions sont la garantie du gouvernement d’un peuple libre contre la corruption des mœurs, et la garantie du peuple et du citoyen contre la corruption du gouvernement.  Ils mettent dans le citoyen une résistance l’égale et facile à l’injustice.

Ils doivent permettre de forcer les magistrats et les citoyens à la vertu et les donner le courage et la frugalité. Ils doivent permettre de rendre tout juste et sensible et permettre de mettre les rapports en harmonie.

Les institutions doivent permettre de soumettre tout aux lois de l’autorité. Mettre l’Union dans les familles, l’amitié parmi les citoyens.

En fin les institutions doivent permettre de mettre l’intérêt public à la place de tous les autres intérêts.

Sans institutions, la force d’une République repose  ou sur le mérite des corrompus (comme les magistrats de la Cour constitutionnelle), ou sur les moyens précaire (comme la barbarie subit par le Président du Bloc libéral Faya Millimono devant la Cour constitutionnelle et d’autres leaders comme ceux de société civile).

C’est pourquoi force est de reconnaître que dans notre pays, les institutions de la République n’ont jamais garantie ce rôle qui permet la stabilité politique et social de notre pays. Toutes les institutions sont à la solde d’individus dont les seules préoccupations sont les intérêts particuliers.

En exemple et ce qui est très récent es le cas Kellefa sall  à été accusé, mais je l’invite à ne  pas baisser les bras. Il doit se transformer en opposant farouche à ses accusateurs: il sera peut-être séquestré, mais la Guinée toute entière retiendra de lui ce qu’il mérite.
Sans citer tant d’autre exemple.

Ibrahima Kalil Sylla

PARTAGER