orangeguinee guicopresse UBA

Kindia : un sachet d’eau glacé est vendu entre 3 000,4000 à 5 000 fg

Le ramadan est un mois sain à l’occasion du quel les fidèles musulmans doivent faire du bien envers leur prochain. Cette assertion est mal comprise par d’autres. Les commerçants particulièrement les vendeurs de l’eau glacée, ont changé de stratégie de commerce  en cette période au cours de laquelle les fidèles musulmans peuvent se rapprocher de leur créateur. Ça présentera étrange, mais une attachée d’eau glacée appelée quotidiennement l’eau formée, connait une hausse du prix dans la ville de Kindia. une unité se négocie entre Trois milles, quatre milles ou cinq milles franc guinéen selon la clémence de la ou du vendeur.

Dès que le soleil s’incline, chacun pense à la rupture du jeûne. Le plus souvent, boire de l’eau glacée est la préférence des fidèles musulmans qui se sont abstenus de boire et manger pendant la journée. En cette période ou le courant n’est pas stable dans la ville de Kindia, les propriétaires des congélateurs profitent sur le dos des pauvres citoyens pour s’enrichir.   Déjà à 18heures, le marché, les ronds point, les lieux publics sont envahit par ces vendeurs de l’eau. Cette denrée est devenue précieuse mais aussi rare. Cette rareté s’explique par le nombre de demandeur par rapport à l’offre. Comment peut on expliquer la hausse du prix d’un sachet d’eau glacée ‘’formée’’ ? N’avons-nous pas coutume de dire que la guinée est le château d’eau de l’Afrique de l’ouest ?  Les citoyens qui ne savent plus de quel sein se vouer, hausse le ton et dénonce cette attitude.  C’est le cas de Kadiatou Sylla une cliente de cette nouvelle entreprise.

« Ces deux jours au marché de Kindia, on nous revend un sachet d’eau à 3 000, 4 000, et ou 5000. Cette variation dépend d’une vendeuse à une autre. Chaque soir, on forme des fils indiens pour en avoir. Des fois on ne peut pas en avoir. La population souffre énormément. Chaque jour c’est une nouvelle réalité dans cette ville », s’est elle lamentée

Interrogées, les vendeuses de cette denrée n’ont voulu aucun commentaire. Tout de même, elles soutiennent que c’est l’instabilité du courant qui justifie cette nouvelle aventure des citoyens.

« Dans la ville de Kindia, le courant n’est pas stable. Nous aussi, c’est à Foulayah et Friguiagbé où nous achetons cette marchandise. Les propriétaires des congélateurs nous revendent   un sac (c’est dans le sac de farine ou du riz où nous mettons la glace) à un prix très exorbitant. Après tout, il y a aussi le transport que nous payons. Nous aussi avons besoin du des intérêts. Ce n’est pas de notre gré qu’on revend à de tel prix », s’est défendu une des vendeuses hors micro.

Selon nos informations, cette pratique n’est pas à sa première fois dans la cité de Manga Kindi Camara. A en croire notre source, chaque avènement du mois de ramadan les fidèles musulmans croquent   les lèvres pour traversée cette période.  Cette cherté du prix de l’eau glacée vient s’ajouter à la hausse faramineuse du prix des produits locaux. A quand la fin de ce calvaire? L’avenir nous en dira.

Abdoulaye Bangoura, correspondant d’aminata.com

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »