Kindia : un cadre de l’UFDG poursuivi au tribunal

Le dossier du secrétaire administratif de la fédération de l’UFDG Kindia 1 était sur la table ce mercredi 25 avril 2018 au Tribunal de première instance de Kindia. Fodeya Bangoura est accusé par Sékou Oumar Traoré secrétaire général de la jeunesse RPG arc en ciel (Kindia) de coups et blessures volontaires, injure publique, et menace de mort dans une radio privée de la place.

C’est aux environs de 10 h que ce procès politico judiciaire a débuté ce mercredi 25 avril 2018 au TPI de Kindia. A la barre,  Fodeya Bangoura a nié tous les faits qui lui sont reprochés. Selon lui, aucun contact physique ni moins verbal n’a été établi entre le plaignant et sa personne lors du différent. Cependant, Sékou Oumar Traoré a confirmé lors de cette audience, qu’il a été menacé verbalement et a été repoussé avec force par ce dernier. Il a également signifié à la cour, la perte de son téléphone Iphone7 d’une valeur estimée à  9 million 9 cent mille francs guinéen. Après cette altercation, il a ensuite prit 2 chambres salons à l’hôtel relais Cissé pour neuf jours (250 000 nuitée) afin de se mettre à l’abri dit-il, des menaces de Fodeya Bangoura. La partie civile a demandé au Président de la cour, de constater qu’après toutes les accusations, aucune preuve n’est signifiée dans le dossier. « Pour qu’il y ait coups et blessures, il faut qu’il y ait un certificat médico-légale versé dans le dossier. Pourtant, ça n’existe pas. Pour le cas du téléphone et de son logement à l’hôtel, en aucun moment, il n’a été prouvé que ces deux ont fait un accrochage  qui peut faire perdre à M. Traoré son téléphone IPhone 7. J’ai fais comprendre à M. le Président, que cela ne peut pas nous être imputable », dixit maitre Abdoul Tcham, avocat à la cour, constitué pour défendre les intérêts de Fodeya Bangoura.

Même si les faits de coups et blessures ne sont pas établis, dans son réquisitoire, le ministère public conformément à l’article 240 du code pénal guinéen, a retenu  l’usage de violence contre l’accusé. « Aucun témoignage digne de foi n’a été apporté à l’audience sur les coups et blessures. Par contre, ces faits peuvent être requalifiés en faits de violence. Par ce que le comportement de Fodeya a suscité  chez Sékou Oumar Traoré de vive impression. La plainte à ce niveau est tout à fait fondée. Et le juge doit obligatoirement se prononcer la dessus. S’il n’est pas de notre avis sur la question, nous nous allons relever appel de sa décision », indique Amadou Diallo représentant du ministère public.

Le dossier est donc mis en délibéré pour décision être rendu la huitaine.

Cette affaire remonte le 2 février dernier (l’avant-veille des élections locales). Sékou Oumar Traoré était  en directe dans l’émission ‘’FACE A NOUS’’ à la Radio Kania Zik FM. Fodeya Bangoura affirme qu’il aurait été attaqué par son adversaire politique à travers ses propos. Il a fait irruption dans le studio de cette station en traversant 4 compartiments  pour exiger à l’animateur principal de prendre la parole.

Dossier  à suivre

Abdoulaye Bangoura correspondant d’Aminata.com