Les membres du bureau de la Fédération Syndicale, Assurance des Banques de Guinée ont été auditionnés une nouvelle fois jeudi 5 octobre 2017, au tribunal de première instance de Kaloum.

Des patrons de certaines banques en guinée poursuivent neuf membres de la FESABAG, pour violence légère, injures publiques et menace pendant la grève organisée par le mouvement syndical en mai dernier. Les accusés sont invités chaque jeudi matin avant la fin de la procédure de se présenter devant le juge d’instruction pour répondre des faits qu’on les reproche. Pour le moment, l’instruction suit son cours normal comme nous a indiqué à la sortie du bureau du juge, un des accusés.

« Sur le plan juridique, certaines banques ont écrit au juge pour dire qu’ils ne sont pas auteur de la plainte », a déclaré Alpha Baldé, 2ème secrétaire général de la FESABAG.

« Cette plainte devrait être irrecevable, étant entendu qu’il y a eu un protocole d’accord qui a suspendu la grève et qui disait en ses termes qu’au aucun syndicaliste ne devait être inquiété, ni menacé pour fait des grèves conforment au code du travail », a-t-il souligné.

Les accusés reconnaissent le soutien des employés des banques en place, ces derniers même les a demandé de faire un mouvement, « nous leurs avons dit que nous sommes des justiciables, on va répondre comme tout citoyen  guinéen à l’appel du juge d’instruction ».

Les banquiers conduit  devant les tribunaux se repartissent comme suit : trois de la BCI, deux  de la Société Générale, une de BPMG, un de NCI et un d’Afrland. Conjointement, il y a eu deux banquiers qui ont été auditionnés par la brigade de gendarmerie de recherche pour menace de mort à l’encontre du directeur général de la société général des Banque de Guinée.

La FESABAG avait projeté  une manifestation en fermant toutes banques en Guinée ce jeudi 5 octobre. Mais cette décision a été reportée pour le lundi 9 octobre suite à la coïncidence de la ville morte prévue par l’opposition qui a été finalement annulée.

Les syndicalistes attendent avant la fin du weekend pour voir l’évolution de la situation, « si la situation évolue de façon favorable, je crois qu’on n’a pas raison de manifester lundi », a expliqué M. Baldé.

Le premier secrétaire générale de la FESABAG, Abdoulaye Sow, qui est accusé par certains de ses collaborateurs, d’être complice avec certains patrons des Banques pour conduire ses collègues devant la justice est de retour en Guinée, après une mission à la CGT du côté de l’Europe.

Ibrahima Sory BARY pour Aminata.com

Tel : +224-654-79-50-63

 

 

 

 

.

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here