Les élections locales du 04 février dernier continu d’alimenter des troubles de tendance à compromettre le vivre ensemble. Plusieurs personnes utilisent l’internet pour véhiculer des messages ethniques et communautaires afin de déchirer le tissu social qui est déjà fragile. 

Ce matin dans les grands gueules de la radio Espace, le ministre en charge des télécommunications, Moustapha Mamy Diaby a averti les gens en disant qu’on ne peut pas se cacher derrière un écran pour commettre des délits ou crimes.

Le ministre soutien que certaines personnes se livrent à des comportements qui sont en marge de la loi: « par le faite de mettre sur les réseaux sociaux des messages de nature à troubler l’ordre public, des messages xénophobes et racistes ».

Et estime que ce constat est alarment et difficile à décrire. Il interpelle les citoyens à plus: « des responsabilités, nous allons continués à sensibiliser les gens. Et demander à l’ensemble des acteurs, que chacun prenne ses responsabilités pour protéger les populations. Article 32 de la loi 037 relative au cyber sécurité dit ceci: qui qu’on que produit, diffuse ou met à la disposition d’autrui de donnés de nature l’ordre ou la sécurité publique ou encore à porter atteinte à la dignité humaine par le biais d’un système informatique se rend coupable d’un délit.  Et il sera puni d’un l’emprisonnement de 6 mois à 5 ans de prison et d’une amande de 20 millions à 300 millions de franc guinéen », explique le ministre.

Poursuivant il a affirmé que cette loi a été portée à la disposition de magistrats et des officiers de la police judiciaire. « Nous veillerons à appliquer du continu de cette loi ».

« Au-delà de cette loi, tout comportement, toute attitude qu’on fait dans les réseaux de communication laisse des traces. Les moyens techniques sont disponibles pour remonter ces traces jusqu’à identifier les auteurs à travers le poste qu’il a utilisé ».

Il prévient aux personnes qui pratiquent ce comportement mal viellant qu’il faudrait : « que nos compatriotes sachent que qu’on ne peut pas se cacher  dernière un écran pour commettre des crimes ou des délits ».

Pour terminer il a lancé un appel au procureur de la République pour qu’il auto saisisse afin de déclencher les procédures nécessaires.

«Pour nous permettre, nous techniciens de pouvoir les aider à traquer, identifier et mettre hors d’état de nuire ces citoyens qui sont en marge de la loi. Des citoyens qui consciemment ou inconsciemment sont entrains de contribuer à troubler l’ordre publique ».

Lamarana Diallo

Tel : (+224) 623 27 55 45