A LA UNEPolitique

Immersion Gouvernementale: le ministre Yaya Sow annonce le bitumage de certaines routes de l’intérieur

En conférence de presse tenue dans l’après-midi de ce lundi, 04 juillet 2022, le ministre des Infrastructures et des Transports a fait le point sur son constat fait lors des 4 semaines passé à l’intérieur du pays. Loin de peindre tout en noir à l’image de certains de ses homologues, Yaya Sow a, quant à lui, reconnu d’abord quelques efforts du Gouvernement déchu dans la construction et le reprofilage des routes de l’intérieur, mais annonce que beaucoup reste encore à faire.

Globalement selon lui, les routes sont dans un état de dégradation très avancée. Des infrastructures sont inexistantes ou si elles sont là, elles sont en mauvais état.

«C’est un constat que nous avons fait d’abord dans la région de N’Zérékoré. Par exemple quand vous allez à Yomou, pratiquement cette ville n’existe pas. C’est une préfecture qui est à l’abandon et nous n’avons même pas trouvé un bâtiment de travaux publics là-bas. À Lola c’est pratiquement la même chose. La route route N’Zérékoré-Yomou, c’est une route en terre qui a été reprofilée mai qui a besoin d’être bitumée. Néanmoins, il y a des progrès entre ici et N’Zérékoré par exemple la route Coyah Mamou, il y a des avancées, malgré encore quelques points critiques entre Kindia et Kolenté. Dans le passé, on faisait 6 à 7 heures du temps entre Conakry Kindia, mais actuellement il nous faut seulement 2 heures. Cependant, quelques points critiques sont à signaler entre Momou et Faranah. Kissidougou Gueckédou c’est bon et à Gueckédou le bitumage de la voirie a commencé. Gueckédou Macenta c’est bon, ainsi que Macenta N’Zérékoré. Kankan Madiana, les travaux étaient arrêtés Donc ça c’est un motif de satisfaction», a-t-il reconnu.

A LIRE =>  La lettre de démission de Hady Guisse de Milo FC de Kankan

Cependant, quelques points noirs ont été soulevés par le ministre Yaya, notamment l’inexistence des bureaux des Travaux Publics (TP), qui sont en manque de moyens, de personnels mais d’équipements et de matériels.

Pour le ministre, ce secteur a besoin d’investissement très élevés et porteurs de croissance qu’il faille chercher.

À Labé, Yaya Sow parle d’un constat positif. Sur la route Labé Mali par exemple, il fallait 7 heures du temps pour faire les 120 km, mais actuellement c’est entre 1h30 et 2 heures.

«Cette route e été très bien reprofilée. Nous allons commencer le bitumage vers le mois de novembre ou décembre 2022. Le Gouvernement Guinéen a obtenu un prêt de la BID (Banque Islamique de Développement) à l’ordre de 160 millions d’euros pour faire le bitumage de la route. Nous sommes sur les dossiers d’appel d’offres que nous comptons terminer très bientôt. Sur le corridor Guinée-Sénégal qui va faciliter le commerce transfrontalier, nous avons obtenu un financement par le billet du FMI que nous comptons engager sur cette route et d’ici quelques mois, cette route sera bitumée pour diminuer le calvaire des citoyens. À Kindia nous avons noter les progrès significatifs mais depuis un mois les Chinois sont bloqués et il faut les mettre pression afin de bitumer cette partie de Foulaya», a confié le numéro 1 du département en charge des infrastructures et des transports.

A LIRE =>  MOHAMED BÉAVOGUI : « L’IMMERSION A ÉTÉ UNE IDÉE GÉNIALE »

Sâa Robert KOUNDOUNO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »