orangeguinee guicopresse UBA

Guinée : l’ITIE présente son rapport de 2013, 2014, et 2015

C’est à travers une conférence de presse vendredi 26 janvier 2018 à Conakry que L’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractive (ITIE) de Guinée a présenté un rapport de travail des trois années successives de 2013, 2014 et 2015.

Selon le responsable des passassions des marchés et de la communication au sein du secrétariat exécutif de l’ITIE-Guinée, Abdoulaya Soumah, l’objectif de ce rapport c’est de présenter la contribution du secteur extractif à l’économie nationale. Aussi proposer comment est-ce qu’on peut appuyer le gouvernement dans le secteur minier.

Il y a eu 11 rapports qui ont été produits. Ces rapports ont été produits par le cabinet Finergie de la France.

« En 2013, il y avait 455 titres miniers dans le calasse minier. Le seuil de martialité en Guinée, nous avons pris 700 millions de francs guinéens. Toute les entités qui ont payé cette somme c’est-à-dire les sociétés minières ou qui ont perçu, les administrations publiques sont mises dans le périmètre.

Avec le seuil de martialité, on trouvé que les 455 titres miniers, il y a avait 33 qui avaient payé au moins 700 millions de francs guinéens. Leur contribution a été au cours de cette année 2013, de 2242 milliards de francs guinéens à l’économie nationale. Ce qui représente 28% de contribution à la recette budgétaire de l’Etat.

En 2014, au calasse minier, il y avait 350 titres miniers. Donc de 2014 à 2015, on a pris 45 entreprises qui ont fait un paiement égal ou supérieur à 700 millions de francs guinéens. Le paiement total effectué par les sociétés minières était de 2.001 milliard de francs guinéens. Ça c’est la contribution à l’économie nationale et qui représentait 23% des recettes budgétaires.

En 2015, nous avons 305 titres miniers, on a trouvé 45 qui ont fait paiement égal ou supérieur à 700 millions de francs guinéens. Elles ont eu à faire un paiement total de 2.202 milliards au cours de cet exercice, ce qui représentait les 24% de recettes budgétaires de l’Etat.

En 2015, les redevances superficielles étaient à hauteur de 31.494.578 GNF. Les montants pour les versements volontaires, 9.869.037.000 GNF et les dispositions conventionnelles 5.049.151.328 GNF », a-t-il présenté.

De son côté, le secrétaire exécutif d’ITIE-Guinée, Elhadj Mamadou Diaby a rappelé que la Guinée est une référence minière mondiale. Le secteur minier est caractérisé par l’abondance et la variété de ces ressources. Elle recèle d’un potentiel géologique important avec une grande diversité de substance minérale. Parmi ses immenses potentialités nous avons : la bauxite, le fer, l’or et le diamant.

L’importance de la bauxite guinéenne sa qualité c’est sa facilité d’exploitation qui dépasse le cadre national. La Guinée possède plus d’un tiers de réserve mondiale de bauxite, soit près de 40 milliards de tonnes d’une teneurs supérieur à 40% dont 23 milliards de tonnes localisés dans la région de Boké.

« Le fer, la Guinée détient les plus grands jugements inexploités de fer au monde, soit 20 milliards de tonnes avec un minerait de première qualité teneur supérieur à 60%. Simandou est considéré comme le meilleure jugement de mènerait de fer au monde.

Concernant l’or, la Guinée possède d’importantes réserves d’or dans le bassin reparti dans les préfectures de Siguiri, Kouroussa, Mandjana Dinguiraye et Kankan. Les réserves dépassent largement les 700 tonnes d’or.

Le diamant de Guinée s’élève par sa qualité dite j’aime, les réserves trouvées sont estimées à plus de 30 millions de carras. Celles probables sont plus de 50 millions de carras. Les jugements sont principalement situés dans la zone Banankoro (Séfadou), à l’est du pays.

La Guinée dispose d’autres ressources minérales, comme les métaux de base telle que le cuivre le plomb, le zinc et le comma.

Il existe également d’autres matériaux de construction telle que les roches innées, se sont les granites, syénites, les dolorismes et les gabbros que l’on retrouve par tout et les minéraux de sable, noir, ilménite, rutile et zircon », a-t-il expliqué.

L’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractive est une initiative volontaire, qui vise à renforcer dans les pays riches en ressources minière, pétrolière et gazière la bonne gouvernance des revenus publics issus de leur extraction.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »