A LA UNESanté

Guinée: les importateurs des Produits pharmaceutiques déclenchent une grève, la fermeture des magasins annoncée 

C’est une communication faite en cet après-midi du jeudi, 12 mai 2022 à Conakry par l’association des importateurs et vendeurs des produits pharmaceutiques dans l’informel. Devant les médias au quartier Madina dans la Commune de Matam, les interressés ont d’abord dénoncé les agissements des pouvoirs publics, avant d’annoncer une grève qui va se solder par la fermeture des lieux de vente des médicaments jusqu’à nouvel ordre. Un fait qui ne reste pas sans conséquence.

« Nous avons décidé d’aller en grève sur toute l’étendue du territoire national jusqu’à nouvel ordre. Cette grève consiste à fermer les magasins de vente des produits pharmaceutiques, les boutiques dans les préfectures et sous-préfectures. Tous ces endroits vont rester fermés jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée avec les autorités compétentes», a mentionné leur porte parole, Amadou Oury Barry.

Selon lui, plus de cinq (5) mois se sont déjà écoulés, depuis que des centaines de conteneurs de médicaments sont bloqués au Port Autonome de Conakry.

« Certains de ces conteneurs, dois-je le préciser, toutes les formalités légales (taxes, douane) ont été remplies avec les autorités en la matière. Mais jusque-là impossible de les délivrer aux ayants droit. Il y a de nos camions qui ont été bloqués la semaine dernière alors qu’ils étaient à destination à l’intérieur du pays et jusqu’à date ces camions n’ont pas été restitués à leur propriétaire. Et pourtant ils ont rempli toutes les formalités légales avec les autorités douanières et autres personnes compétentes ».

A LIRE =>  Dr Faya Milimono sur la prochaine manif du FNDC: « pour l'instant nous ne sommes pas dans cette dynamique...»

Malgré cette frustration observée dans leur rang, les membres de cette association n’excluent néanmoins pas un tête à tête avec les nouvelles autorités afin d’ouvrir un couloir de dialogue franc et sincère. Et donc selon le porte parole, qu’ils sont loin contre l’État. Par contre : « si ce même État dit qu’il ne veut plus voir que ces activités soient exercées par une catégorie de personnes, nous aussi nous sommes des citoyens. Ceux qui dirigent l’administration sont des citoyens même s’ils ont le privilège d’aller se faire soigner hors du pays. Ils n’ont qu’à nous faire une proposition, soit en nous donnant un délai raisonnable pour livrer nos marchandises», ont-ils voulu, avant de déplorer le fait que de nos jours, leurs partenaires Sénégalais, Malien, Libérien ne peuvent plus venir en Guinée à cause de ce harcèlement administratif et policier.

Sâa Robert KOUNDOUNO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »