Vendredi  dernier, les  boulangers  et  pâtissiers  de  Labé ont  décidé  de  lever  le  pied, raisons  invoquées : La  volonté  d’assainir  les  fours  à  pains  que  les  citoyens  ne  manquent  pas  de  dénoncer mais  en  réalité cette  cause  n’est  que  la  partie  visible  de  l’iceberg.
Les  boulangers  ont  ensemble  expérimenté  une  façon nouvelle de  faire du  bénéfice et  l’astuce  trouvée  se  résume  en  deux  points la  réduction  des  heures  de  travail  de  19 h à 6 h  contre 24 heures sur  24  avant  et  la  suppression  de  la  miche  de  2000  francs avec  un  jonglage  qualitatif  sur  le  poids.
Amadou Foulah  Bakayoko est  boulanger et  nous  a  permis  de  savoir  la  vraie  motivation  des  structures  faitières  de  sa  corporation :
« Depuis  le  vendredi dernier  ils  ont  officiellement fixé deux  prix différents  d’abord  un  prix de  3000 et un autre  de  5000 désormais  les  miches  que  nous  produisons  obéissent  à ce principe…Nous  avons  fait  le  calcul, si  on  veut  un  peu  s’en  sortir  on  se  devait  d’éliminer  la  miche  de 2500 ce  qui  fut  fait »
Sur  la question  de ces  prix  différentiels Fodé  Kaba  président  régional de  l’association  des  boulangers tentent  de  convaincre :
« compte  tenu du temps qu’on  a  pris en  réunion, on  a  jugé  nécessaire de  travailler  ces  deux  poids, si  on  voit  que  la  population  s’en  plaint  on  reviendra sur  l’ancien  système. »
Alpha Oumar  Diallo est  citoyen  et  a  déjà  acheté  une  miche  à  3000, il  pense  que  le  poids  est  raisonnable  et  équivalent  aux  3000 francs  déboursés.
Ce changement s’opère  à  quelques  heures  du  mois  saint  de  ramadan, mais  il  reste  à  savoir si c’est une  réaction à l’accueil pas tout  à fait  chaleureux  que  le  chef de  l’Etat  a  réservé  à  leur  délégation  à  Conakry au  début  du mois  dernier.                                                                                                                                       Ousmane K. Tounkara