Des militaires guinéens devant le Palais présidentiel Sékhoutoureyah
Des militaires guinéens devant le Palais présidentiel Sékhoutoureyah

C’est un communiqué laconique qu’a lu lundi soir le porte-parole de la police. Désormais, des patrouilles mixtes composées de la police, de la gendarmerie et de l’armée vont opérer entre 23heures et 6heures.

Le but de ces patrouilles vise à lutter contre l’insécurité « grandissante » dans la capitale guinéenne. Pour l’opposition, cette décision est inopportune et disproportionnée. Ahmed Kourouma dénonce une militarisation à outrance du régime. A l’en croire malgré la brutalité de la junte militaire qui avait pris le pouvoir en 2008, les militaires n’avaient pas été appelés pour rétablir la sécurité.

A Conakry, voir des militaires dans la rue suscite un mauvais souvenir pour les habitants. En 2007, au cours des violentes grèves syndicales le régime de Lansana Conté avait décrète l’Etat de siège.

Des militaires s’étaient à l’époque livrés à des exactions contre les citoyens. Reste à savoir si le gouvernement actuel pourra cadre l’armée dans ses opérations de sécurité afin d’éviter des bavures meurtrières. Déjà, l’opposition a recensé 104 manifestants tués depuis l’arrivée au pouvoir d’Alpha Condé.

Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com

alphanyla@gmail.com

+224 628 38 98 39

 

PARTAGER