orange guinee guicopres uba guinee votre
Alhousseiny Makanera Kaké lors d'une conférence de presse pour annoncer le lancement de la campagne pour une nouvelle constitution
Alhousseiny Makanera Kaké lors d'une conférence de presse pour annoncer le lancement de la campagne pour une nouvelle constitution

Guinée : la CODENOC accuse l’opposition « d’appel à la guerre sainte »

Dans une déclaration en date de ce vendredi 3 janvier 2020, la coalition démocratique pour la nouvelle constitution (CODENOC) a énergiquement réagi à la menace de l’opposition guinéenne d’empêcher la tenue des élections législatives le 16 février prochain.

« Au moment où nous célébrons la nouvelle année, contre toute attente, l’opposition dite républicaine réunie au sein du FNDC vient encore une fois de faire preuve d’extrémisme en omettant son droit élémentaire qui est celui de participer ou non à des élections, tout en déclarant publiquement sa volonté d’empêcher la tenue des élections législatives prochaines appelant à des actions d’incivisme et même de « djihad » entendez « appel à la guerre sainte ». Cela se confirme par l’introduction frauduleuse d’armes et de munitions saisies au niveau de nos frontières sur des groupes de personnes mal intentionnées et déterminées dans leur déclaration à instaurer une situation de guérilla et de « djihad » dans notre pays.  La CODENOC condamne avec fermeté ces agissements et ces propos de nature à troubler la quiétude sociale. Elle attire l’attention de la communauté nationale et internationale sur les velléités entretenues par l’opposition dite républicaine réunie au sein du FNDC. La Guinée est un pays qui maintient depuis 2010 une bonne tradition d’organisation des élections et le respect des délais légaux est un impératif pour tous », a-t-elle réagi.

Poursuivant, elle rappellent que les élections sont organisées par une institution indépendante à composition paritaire, dont les principaux responsables sont désignés par les partis politiques notamment de l’opposition, de la mouvance et de la société civile.

« Que l’opposition et ses dirigeants se détrompent. Ils ne peuvent plus tromper le peuple de Guinée à travers des déclarations et des agissements teintés de violence en tout genre. Que les dirigeants des partis politiques ayant fait le choix délibéré de ne pas prendre part aux élections prochaines s’assument et tirent toutes les conséquences de leur choix, au moment ou d’autres de leur rang ont fait le choix d’y participer. Toute manœuvre de nature à empêcher la tenue des élections sera considérée comme une volonté avérée de déstabilisation des institutions de la République et d’instauration d’un climat d’instabilité dans le pays et dans la sous-région. La CODENOC appelle tous les citoyens guinéens de l’intérieur comme de l’extérieur à une très grande vigilance, à ne céder ni à la peur, ni à la provocation et à se mobiliser massivement pour aller exprimer leur volonté dans les urnes le 16 février 2020 dans la sérénité. Nous sommes d’ores et déjà rassurés que l’État prendra toutes les dispositions pour faire échouer toute volonté de déstabilisation du pays », peut-on lire aussi dans cette déclaration.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »