Madame Diallo née Fanta Kaba lors de la présentation du projet d’investissement social dénommé Each One Teach
Madame Diallo née Fanta Kaba lors de la présentation du projet d’investissement social dénommé Each One Teach

Pour mieux pousser les élèves à commencer à être autonome dès sur les bancs, la Banque panafricaine, UBA-Guinée a organisé vendredi 13 décembre 2019 la seconde édition du projet d’investissement social dénommé Each One Teach à l’école Tombo.

La rencontre a connu la participation des cadres de la banque UBA, des élèves lycéens, des responsables et des parents d’élèves de l’école Tombo 2.

Selon la responsable marketing de ladite banque, la fondation de leur banque est heureuse d’être à l’école Tombo 2 pour la seconde édition du projet d’investissement social Each One Teach.

« Le but de l’initiative Each One Teach One est de créer des opportunités où les membres du personnel de UBA consacrent volontairement leur temps à leurs communautés, en enseignant aux jeunes diverses activités qui les mèneront à l’autonomisation », a déclaré Fanta Kaba.

Poursuivant son intervention, elle a indiqué que cette année le personnel de UBA Guinée a l’intention d’enseigner les compétences d’entrepreneuriat et la gestion de petites entreprises à une centaines de jeunes âgés de 13 à 25 ans, qu’ils soient scolarisés ou non.

Des élèves de l'école Tombo 2
Des élèves de l’école Tombo 2 lors de la seconde édition du projet d’investissement social dénommé Each One Teach

« C’est à cet effet que nous avons réunis dans l’enceinte de cette illustre école des entrepreneurs de rue qui se battent chaque jour pour joindre les deux bouts, des diplômés sans emplois mais aussi des élèves qui sont déjà en mesure ou exercent déjà des petits emplois pour améliorer la situation de leur famille », a-t-elle ajouté.

Pour elle, Il est nécessaire de s’attaquer en urgence au problème de la pauvreté, cause fondamentale des nombreux problèmes que nous rencontrons dans le pays.

« A moins que nous ne commencions à prendre à bras-le-corps la problématique de la pauvreté et du chômage de nos jeunes, ils seront victimes d’endoctrinement par des personnes qui ne leur offriront aucune perspective d’avenir, et ils continueront à s’engager dans des pratiques et attitude qui leur nuiront ou en tout cas n’amélioreront pas leur condition ».

La responsable marketing a estimé que la stabilité ne peut être atteindre à long terme, qu’en investissant dans les jeunes et c’est une nécessité pour le secteur privé pour venir à bout de la pauvreté.

Les élèves ont été enseignés pour quelques heures sur entrepreneuriat par M. Bah, un jeune entrepreneurs, responsable d’une entreprise de la place.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34