Ibrahima Kandja Doukouré
Ibrahima Kandja Doukouré

L’avenir de la démocratie en Afrique: cas de la Guinée et du Sénégal

Nicholas Sarkozy a raison sur un point: «La Démocratie (la vraie) ne doit faire du mal à personne ». On a eu à écrire tout récemment sur le président sénégalais quand il a manipulé la justice, les lois ou institutions du pays pour écarter ses éventuels opposants de participer aux élections. Et aujourd’hui, il semble que le même article peut s’appliquer à notre fameux professeur Conde de la Guinée. On ne renie pas les prérogatives constitutionnelles du président de la république de proposer de modifier la constitution mais il ne revient pas à lui de dire qui doit être président de la république ou pas car ce rôle revient au peuple dans des processus crédibles, transparents et inclusifs.

Tout d’abord, il faut reconnaître que le Sénégal se devait être un bon exemple en matière de la démocratie en Afrique de l’Ouest. On a vu très souvent les transferts pacifiques de pouvoirs entre des présidents sortants et ceux nouvellement élus; le plus important était que les perdants appelaient les gagnants juste après les proclamations des résultats provisoires. Quand les élections sont crédibles, tous ceux aspirent à des postes électifs y ont participé et ont suivi tous ses processus, il n’y a aucun doute, ses résultats seront acceptés unanimement. Le contraire appelle toujours aux troubles sociaux dans les contestations éternelles des légitimités des élus tôt ou tard.

Comme il n’était pas normal pour le président sénégalais de se servir de la justice, les lois ou les institutions du pays pour écarter ses adversaires les plus influents (peu importe ce que ces gens auraient fait quand ils étaient aux affaires), il ne doit pas l’être pour celui de la Guinée comme pour tout président d’ailleurs. C’est le peuple qui est le seul à décider de qui doit être son leader et qui ne doit pas l’être, de reconduire ou punir celui qu’il veut.

En outre, il faut souligner que j’étais au Sénégal en fin 2014 quand le maire sortant et cherchant son réélection Khalifa Sall a battu la candidate de la présidence pour la mairie de Dakar. Un tel scénario doit être possible en Guinée. Les élections ne sont pas seulement aux niveaux des électeurs et la promptitude ou la la nature pure de ses résultats; elles sont aussi à propos de donner la même chance à toutes les candidatures de nos compatriotes; et doivent permettre à tous nos compatriotes électeurs de voter. On n’est pas en train de dire que les limitations d’âges ne doivent pas figurer dans notre constitution mais ces limitations doivent être basées sur les critères cohérents, réalistes et qui tiennent en compte les facteurs de capacités de gouvernance qui peuvent subir des coups naturels après un certain âge. On doit aussi se servir des critères justes, cohérents et universels pour parler des pays et présidents à l’échelle mondiale. C’est ridicule de féliciter quelqu’un pour une chose et s’en prendre à quelqu’un d’autre pour la même chose.

Par ailleurs, dans nos pays actuels, tout le monde veut être élu à un poste électif et ce sont seulement les élections transparentes, crédibles et inclusives qui permettront aux peuples de les départager. N’en devraient être exclus que ceux ont eu certains comportements peu catholiques dans des procès justes et équitables par une justice au service uniquement de l’intérêt national. La lutte contre la corruption, si elle devait être engagée, doit être générale et impartiale sans donner à nos compatriotes de penser au qualificatif de ce qu’on peut appeler “les règlements de comptes” personnels.

L’histoire des hommes et peuples nous enseigne malheureusement que les troubles sociaux ont été partout une affaire de l’injustice institutionnalisée. Aucune société, aucun pays ne manipule sciemment la justice, les lois ou les institutions pour favoriser certains au dos des autres sans engendrer des conséquences négatives sur la paix et le développement socio-économique. Tôt ou tard, les conséquences se manifesteraient: la Côte d’Ivoire en a fait l’expérience et mon pays, la Guinée est en train de vivre une situation qui a commencé depuis longtemps.

La solution n’est pas un miracle, il faut dans nos pays de la vraie démocratie, les élections libres, crédibles et inclusives supervisées et approuvées par les institutions au service uniquement du peuple et non pas aux ordres d’un petit groupe. Elle semble être le seul chemin de la paix et le développement socio-économique.

Ibrahima Kandja Doukouré

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »