Rate this post

Le chef de l’opposition lance le défi. Le porte-voix de l’aille dure du régime ouvre le duel de tchatches. La saison des manifs s’annonce agitée.

Le samedi 8 juillet à l’assemblée générale ordinaire tenue au siège national de l’Ufdg à Conakry, l’opposition républicaine recomposée a annoncé une série de manifestations pacifiques devant être organisées dans la capitale après une séance de sensibilisation des populations dans 3 communes de Conakry dont le premier test sera réalisé ce dimanche 16 juillet à l’occasion du meeting prévu en plein cœur de Kaloum.

Aura lieu ou pas, la première manifestation d’envergure est néanmoins prévue le 2 août prochain.

Ce jour-là, l’opposition républicaine recomposée prévoit rappeler l’opinion nationale et internationale que le président Alpha Condé et son gouvernement ont manqué à leur devoir et à leur engagement « d’appliquer l’Accord politique du 12 octobre 2016 ».

Il sera aussi question pour l’opposition de dénoncer la mal-gouvernance endémique entretenue par la multiplication de « contrats de gré à gré », mais aussi et surtout de prendre la communauté nationale et internationale à témoin sur la fait que l’opposition guinéenne n’acceptera pas que le président actuel use de corruption de leaders politiques et d’autres stratagèmes pour repousser ad vitam aeternam les élections municipales et se donner l’occasion de s’éterniser au pouvoir après la fin de son second mandat en 2020.

Le refrain habituel 

Le principal opposant au régime Alpha Condé, entouré de ses alliés de l’ancien ministre de la Communication,Alhoussein Makanéra Kaké et du députéDembo Sylla représentant Elhadj Mamadou Sylla le leader de l’UDG, a peint samedi 8 juillet le tableau de bord de l’économie guinéenne montrant des clignotants au rouge.

Il a mis un accent particulier sur le secteur de l’électricité en soulignant que de tous les contrats attribués, aucun n’a fait l’objet d’appel d’offres.

C’est toujours des amis qu’on appelle pour leur donner les marchés, regretteMamadou Cellou Dalein Diallo donnant ainsi un mobile au combat qu’il entend mener dans les prochains jours avec ses partisans.

Il a affirmé que l’Etat guinéen a l’obligation de rendre disponible l’énergie électrique pour la population. C’est important pour le développement, a-t-il affirmé. Personne ne peut le contester. Mais, martèle Diallo, il ne faut pas qu’Alpha Condé en profite pour enrichir son clan et ses amis. Parce que demain, c’est la compétitivité de notre économie qui se trouvera être pénalisée.

Malheureusement, fait constater l’opposant Cellou Dalein Diallo, avec Alpha Condé, ce qui préoccupe le régime, c’est comment enrichir le clan et les amis.

Les manifestations en vue ont donc pour leitmotiv de contraindre le régime et ses décideurs de cesser de telles pratiques malsaines afin que la gouvernance s’améliore à l’avantage de tous les guinéens sans considération d’origine régionale ou de sexe.

Afin que le guinéen lambda puisse être heureux d’être citoyen d’un pays potentiellement riche et actuellement convoité par les multinationales championnes des secteurs de la bauxite, du fer, de l’or, du diamant, etc. Trêve de commentaires.

L’appel à mobilisation

Diallo ôte momentanément son manteau d’économiste doublé de contrôleur financier pour celui d’encenseur de foules.

Il lance un appel à tous les militants de l’opposition et à tous les guinéens épris de justice, de démocratie et de paix, de se mobiliser pour dire halte au pouvoir qui n’a pas pitié des citoyens.

Bis repetita. A ces mots, Mamadou Cellou Dalein Diallo explique qu’aujourd’hui, l’écrasante majorité de nos compatriotes ne mangent pas à leur faim. Ils n’arrivent pas à se faire soigner encore mois à satisfaire aux besoins essentiels de leurs ménages. Alors que le clan Alpha Condé au pouvoir depuis 2010 ne fait que s’enrichir.

Le principal opposant au régi-me demande donc à chacun et à tous de sortir le moment venu pour montrer au monde entier que les guinéens n’accepteront plus cette injustice, qu’ils exigent que la gouvernance soit améliorée pour que leur pays connaisse la justice juste et la démocratie vraie, que la Constitution ne soit pas modifiée pour dérouler le tapis de la présidence à vie à Alpha Condé qui devra s’en aller au terme de son second mandat.

L’aille dure de la mouvance ne se trompe pas d’adversaire

L’appel à manifester irrite la colère du ministre conseiller chargé de Mission à la présidence de la République. Bantama Sow n’utilise pas de gants pour envoyer des coups au chef de file de l’opposition.

Ce n’est pas que la mouvance présidentielle a la trouille, se défend-t-il. C’est que, avertit Sow faisant figure de gardien du temple Rpg Arc-en-ciel, si Diallo défie la mouvance présidentielle et transporte ses militants de Hamdallaye et Bambéto pour provoquer des altercations à Kaloum, il en sera le premier et le seul responsable devant l’opinion nationale et internationale.

La mouvance n’éprouve aucune crainte de voir l’opposition réelle manifester dans la rue, se répète Sow. Car, exercer le droit de manifester est un baromètre de la démocratie.

Ce n’est pas non plus parce que cela fait peur à la mouvance présidentielle. Bien au contraire. C’est parce que l’Ufdg est un parti de terroristes, affirme M. Sow.  C’est un parti qui terrorise les gens, explique-t-il.

Le ministre Bantama Sow reste persuadé que si des jeunes font le tour de certains pays de l’Afrique, à leur retour en Guinée, ceux-ci ne vont plus jamais écouter Cellou Dalein Diallo qui leur commandera de brûler des pneus ou de jeter des cailloux pour empêcher le fonctionnement normal de notre pays.

Ces joutes oratoires auxquelles l’on a eu droit en fin de semaine dernière dans les principaux états-majors politiques de la capitale Conakry, constituent une avant-première du meeting que caresse de tous ses vœux le principal opposant guinéen requinqué qu’il est du soutien de l’Udg de Mamadou Sylla qui revigore non seulement la stature parlementaire des libéraux démocrates. Mais aussi et surtout comble le vide laissé par le départ du duo Aboubacar Sylla de l’Ufc, par devant porte-parole de l’opposition républicaine, et Jean Marc Telliano du Rdig. 

Par Diallo Alpha Abdoulaye

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here