Violences à Kalinko dans Dinguiraye
Violences à Kalinko dans Dinguiraye

C’est la première fois que des violences post électorales ont été enregistrées dans la Préfecture de Dinguiraye, précisément dans la sous-préfecture de Kalinko située à 80 kilomètres de Dinguiraye Centre. Ces affrontements ont opposé des partisans du Parti au pouvoir (RPG arc en ciel) à ceux de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) Opposition. Le bilan fait état de 4 nourrissons tuées dans l’incendie « Volontaire » de concessions, plusieurs personnes ont été blessées et de dégâts matériels considérables.

Mais qui est réellement derrière ces violences ? Qui est ce qui cultive cette division entre les populations de Dinguiraye et pour quelle raison ?

Après ces violences postélectorales meurtrières, au moins 50 personnes ont été interpellées et déférées à Faranah : « Les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation d’au moins 50 personnes qui ont été toutes transférées à la prison civile de Faranah, la capitale régionale », a expliqué le Préfet Le Lieutenant-Colonel Mamadou Lamarana Diallo.

Selon le Député uninominal de la circonscription électorale de Dinguiraye, Dr Fodé Maréga la responsabilité revient à la première autorité de cette Préfecture qui n’a pas pris sa responsabilité pour anticiper ces violences. : « Bien avant le vote lorsque j’ai senti les prémisses de violences, j’ai dit à l’autorité préfectorale de prendre ses responsabilités pour éviter les violences. Malheureusement rien n’est fait. Depuis que le Préfet a été muté ici à Dinguiraye il est en tournée de campagne visant à opposées uns aux autres dans qui vivaient dans l’harmonie depuis toujours ».
Le Parlementaire n’est pas le seul a accusé le Préfet Lieutenant-Colonel Mamadou Lamarana Diallo d’être en parti un des responsable de cette « tâche noire» dans la Cité Sainte d’Elhadj Oumar Tall. Ils sont nombreux a cité le nom du Préfet d’être celui qui depuis son arrivée dans cette Cité paisible suite au décret du vendredi 23 décembre 2016 ; n’a cessé de faire des vas et viens dans les sous-préfectures pour dit-il sensibiliser les citoyens. De quelle sensibilisation s’agit-elle si ce n’est pas pour chercher à opposer les uns envers les autres ? S’est interrogé l’ancien Président du District de Kola Oumar Camara. « Dans notre District de Kola, depuis le passage du Préfet Colonel Mamadou Lamarana Diallo, il n’y a pas eu d’entente. Pourtant, il n’y avait pas de problèmes entre nous. Mais son arrivée a opposé les différentes familles. Certaines n’arrivent même plus à se parler. Nous sommes très inquiet de cette situation », a-t-il déploré.

Pour sa part, Bédou Kouyaté un militant du parti au pouvoir (RPG arc en ciel) dans cette ville souhaite « le limogeage pure et simple » de ce monsieur qui selon lui est entrain de cultiver une division sans précédente dans la Cité de ses ancêtres.

Il est revenu sur les violences survenues à Kalinko qui pourraient être évitées si des dispositions avaient été prises par les autorités à temps. « Le sous-préfet de Kalinko, Fanton Konaté nous a dit que lorsqu’il a appelé le Préfet pour le lui dire qu’il a failli être égorgé, ce dernier s’est moqué de lui. Et il refusera de prendre ses appels pendant qu’il voulait l’informé de la tension qui montait dans sa zone. Pourtant selon lui, le Préfet s’est rendu à Kalinko à 2 h du matin sans le rencontrer étant le premier magistrat de cette localité. Pourquoi s’est-il rendu à cette heure à Kalinko ? Chez qui ? S’est interrogé le sous-préfet. En tout cas c’est lendemain du départ du Préfet (Lt Colonel Mamadou Lamarana) que ma sous-préfecture a enregistré ces violences, pour une fois dans l’histoire », a-t-il dit.

En plus de la sous-préfecture de Kalinko, certains districts aussi se sont mis dans la danse mais grâce à une prise de conscience de certains, le pire a été évité. « Je vous dis que partout où il (Lt Colonel Mamadou Lamarana) est passé, c’est pour mettre du feu, c’est le cas du district de Kola dans la sous-préfecture de Banora. C’est pour vous dire qu’il n’est pas là pour la Paix », a juré Bédo Kouyaté qui dit avoir alerté le Gouverneur de la Région de Faranah et le conseiller personnel du Chef de l’Etat qui est originaire de Dinguiraye. « Vu que la situation perdure, j’ai appelé le Gouverneur de Faranah, Lancei Condé et monsieur Tibou Kamara conseillé personnel du Président pour les informer des tensions qui pointent à l’horizon dans la cité sainte d’Elhadj Oumar Tall en vue qu’ils prennent des dispositions avant que ça ne soit trop tard »; a-t-il indiqué.

Autre remarque faites par de nombreux habitants, c’est le cortège du Préfet lors de ces déplacements dans ces districts témoigne Bédou Kouyaté : « quand vous le voyez avec son cortège on dirait qu’il va en guerre », c’est pourquoi pour lui, la solution c’est de l’enlever à Dinguiraye pour éviter d’autres violences. « Le pouvoir doit enlever ce monsieur ici, s’il ne l’enlève pas maintenant, le moment venu les habitants trouveront une solution. Donc, avant d’en arriver là, je souhaite qu’on enlève parce qu’il n’est pas venu pour la paix ici à Dinguiraye », a alerté Bédou Kouyaté.

Pour rappel en novembre 2017, le même Préfet a organisé un tournoi doté du trophée Pr Alpha Condé. Lors du quel, toutes les équipes dont sept venues des sous-préfectures ayant participé sont rentrées mécontentes.
A cela s’ajoute, la gestion de la crise de la ligue islamique préfectorale, dans laquelle, il a pris parti. « Son premier collaborateur est le contesté dans cette crise, Elhadj Amadou Bah (secrétaire général de la ligue ndlr). Il monte et descend avec ce dernier » a laissé entendre un jeune sous couvert d’anonymat.
Toutes nos tentatives envers l’incriminé sont restées pour le moment vaines…

Dinguiraye est cette ville célèbre de par le fait d’avoir été un des lieux de prêche de l’Imâm ‘Umar Al Fûtî qui y fonda également une grande mosquée.

Affaire à suivre…

Oumar M’Böh pour Aminata.com

+224 622 624 545/666 369 744

mbooumar@gmail.com

PARTAGER