Depuis l’arrivée du Président Alpha Condé au pouvoir, c’est devenu pour le peuple de Guinée  une habitude d’aller d’accord en accord à chaque fois qu’une crise politique se présente. La plus récente crise concernant  le contentieux électoral issus des communales du 04 février dernier, l’indemnisation des victimes lors des manifestations politiques et la libération des militants de l’opposition détenus illégalement, un nouveau accord a été signé entre gouvernement, mouvance été opposition mercredi 08 aout dernier à Conakry.

Bien que les leaders de l’opposition républicaine soient réjouis de cet accord politique, il laisse à comprendre que le chef de file de l’opposition guinéenne a toujours de doute du respect de cet engagement de la part des autorités.

Lors de l’assemblé générale de son parti l’UFDG samedi 11 août 2018, Cellou Dalein Diallo a d’abord rendu un vibrant hommage à ses militants pour le combat, la détermination, l’engagement avec lesquels ils ont accepté, soutenu les mots d’ordre donnés par l’opposition républicaine pour qu’un terme soit mis à la fraude électorale qui a fini par dévoilé la démocratie guinéenne.

«  Nous marchons pour dire qu’on ne peut plus accepter de gagner dans les bureaux de vote  et de perdre dans les centralisations », a lancé Cellou Dalein Diallo.

Il a poursuivi son intervention en reconnaissant que la signature de l’accords politique est une victoire avant d’apporter quelques précisions.

« Aujourd’hui, on a abouti à un accord qui est loin d’être parfait mais qui est aussi dans une certaines mesures une victoire pour l’opposition républicaine parce que les suffrages volés lors des centralisations ont été en partie restitués à ceux qui ont été victimes de ce vol. Nous n’avons pas tout récupérer, c’est vrai parce qu’on est rentré dans un dialogue politique. Il fallait des concessions, nous avons dû abandonner une partie des suffrages que le peuple de Guinée nous a donné lors de ces élections locales. Nous avons récupérés une partie mais c’est un signal très fort dont il faut se réjouir parce que nous l’avions dit ici et ailleurs que nous nous ne battions pas simplement pour la récupération de quelques sièges dans les conseils communaux ou de reprendre le contrôle de certains quartiers, nous nous battions pour mettre fin à cette pratique honteuse. Qui consiste à transformer les résultats issus des urnes », a-t-il enrichi.

A cet égard, le leader de l’UFDG pense que c’est une victoire. « On nous a rendu le contrôle des quartiers qu’on a gagné grâce à la volonté de la population, des citoyens lesquels qui ont voté pour nos listes. Le RPG s’est enfin rendu  compte qu’il a perdu dans les urnes, a instrumentalisé les commissions administratives de centralisation de vote pour s’octroyer des majorités qu’il n’a pas admises dans les urnes. Donc à certains égards c’est une victoire pour notre combat ».

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224)  656 77 52 34

 

PARTAGER