Les manifestations des opposants pour réclamer des élections législatives libres et transparentes se multiplient à Conakry et à l’intérieur du pays. Dans les quartiers chauds de la capitale réputés proches de l’opposition la répression policière bas son plein. Ce samedi 18 mai 2013, un enfant âgé de 12 ans a été abattu à bout portant devant son domicile au quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma.

Les affrontements entre policiers qui tirent à balles réelles et des jeunes militants qui répliquent par de jets de pierre se sont poursuivis durant toute la journée de samedi. Selon des nombreux témoins, des policiers ont assiégé Cosa où certains habitants parlent des viols.
Interrogé par notre rédaction, Alpha Oumar Diallo, activiste des droits de l’homme en exil forcé affirme que les forces de l’ordre ont investi vendredi nuit le domicile de sa famille à Timbi-Madina, une contrée située à plus de 300 kilomètres de la capitale. “Ils [les militaires] ont saccagé tout ce qu’ils ont trouvé. Mes frères et sœurs ont été tous molestés avant d’être attachés puis jetés dans la prison de Pita”, explique-t-il.

M. Diallo craint pour la sécurité de ses proches. “Aujourd’hui c’est la communauté peule qui est visée par les dérives dictatoriales d’Alpha Condé.  Les parents de mon cousin qui est  en exil sont aussi activement recherchés par les services secrets de la présidence de la République. Le régime de M. Condé tente d’exterminer les peulhs à Conakry”, s’inquiète-t-il.

En attendant une éventuelle reprise de négociations entre l’opposition et le gouvernement, des violences sans précédent secouent les quartiers de Ratoma. A en croire nos informations, les principaux leaders de l’opposition dont Cellou Dalein Diallo sont attendus dans l’hexagone dans l’espoir de voir les autorités françaises exercées sur le régime de Conakry.

Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com
alpha.oumar@aminata.com
+224 666 62 25 24

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here