Un jeune tué par balle lors d'une violente manifestation contre l’obscurité
Un jeune tué par balle lors d'une violente manifestation contre l’obscurité

Violentes manifestations à Hong Kong sans mort dans le maintien d’ordre, et si cela inspirait les autorités guinéennes. Le calme revient petit à petit à Hong Kong notamment à l’aéroport qui a été le théâtre de violents affrontements entre manifestants pro-démocratie. Ces violentes manifestations ont poussé les autorités locales à annuler les vols dans cet aéroport classé 8e dans le monde. Malgré le chaos, aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée.

Une jeune dame blessée dimanche dernier à l’oeil est devenue symbole de la manifestation qui est partie début juin du rejet d’un projet de loi hongkongais qui autorisait les extraditions vers la Chine.

Les autorités ont très vite promis que lumière va être faite sur la blessure de cette manifestante.

En Guinée, notamment dans la commune de Ratoma en banlieue de Conakry fief de l’opposition, 104 jeunes opposants ont été tués dans l’indifférence du gouvernement par des éléments des forces de l’ordre juste pour avoir réclamé un droit (des élections libres et transparentes, l’eau, l’électricité…) depuis 2011.

Ces victimes, appartenant principalement à une seule communauté n’ont jamais eu justice malgré les dénonciations des ONG de défense des droits et les opposants au régime Alpha Condé.

Si les autorités Hongkongaises ont accepté des manifestations jusqu’à l’aéroport qui reçoit plus de 74 millions de passagers par an, en Guinée, toute manifestation est interdite par le régime Alpha Condé, la commune de Ratoma militarisée.

Ce qui se passe à Hong Kong doit inspirer les autorités guinéennes notamment celles en charge de la sécurité dans le maintien d’ordre.

Amadou M’Bonet Diallo pour Aminata.com