Le bras de fer Alpha Condé-Beny Steinmetz autour de l’acquisition des permis miniers au mont Simandou risque d’être plus long que prévu. Dans une interview accordée à nos confrères de Jeune Afrique, Asher Avidan, ancien cadre du ministère israélien de la Défense et de celui des Affaires étrangères, qui a rejoint Beny Steinmetz en juillet 2006 l’a annoncé sans coup férir. “La Guinée n’est pas la propriété d’une seule personne ou d’un régime, et un nouveau parlement arrive. Il devrait être possible de nous asseoir de nouveau à la même table”, a dit Avidan qui préside BSGR, la société minière de l’homme d’affaires présente en Guinée, mais aussi en Sierra Leone, en Afrique du Sud, au Nigeria et en Tanzanie. Entretien…

Jeune Afrique : Pensez-vous encore pouvoir exploiter un jour le gisement guinéen de Simandou ?

Asher Avidan : Je ne perds pas espoir malgré tout ce qui a été diffusé dans les journaux. Des intérêts extérieurs veulent nous nuire. Ceux de George Soros, un manipulateur qui s’appuie sur une machine médiatique bien huilée ; ceux aussi du président Condé, de son fils Mohamed et de leurs proches, qui ont promis notre projet à d’autres pendant les élections présidentielles. Je n’ai pas de preuve, mais ces gens-là s’activent. Néanmoins, la Guinée n’est pas la propriété d’une seule personne ou d’un régime, et un nouveau parlement arrive. Il devrait être possible de nous asseoir de nouveau à la même table.

Que faire alors que vous-même êtes interdit de séjour à Conakry ?

Nous sommes prêt à aller au tribunal d’arbitrage, probablement à Washington, comme stipulé dans les contrats signés avec la Guinée. Nos avocats en France y travaillent.

N’êtes-vous pas inquiet des conséquences de l’audition de Frédéric Cilins par la justice américaine ?

Nous sommes serein. Frédéric Cilins est entendu pour obstruction à la justice, BSGR n’est pas directement concerné par cette affaire. Nous avons été touché médiatiquement, mais cela ne change rien à la bonne marche du groupe. Tout cela n’est qu’une sinistre blague. Nous avons signé des contrats parfaitement légaux.

Source. Jeune Afrique

Aminata.com

PARTAGER