Rate this post

Le président de l’Institut National Indépendant des Droits Humains (INIDH), a déclaré cette semaine dans l’émission « les grandes gueules », sur les ondes de la Radio Espace FM sa position concernant un éventuel troisième mandat d’Alpha Condé. Mamady Kaba se dit contre cela, bien que la loi guinéenne même ne l’autorise pas.

Selon lui, la constitution et la loi organique n’autorise pas un troisième mandant ni une modification constitutionnelle. La constitution et la loi organique ne nous permettent même pas d’adhérer à une telle possibilité.

« Parce que nous devons travailler à la promotion de la démocratie et nous savons qu’il n’y a pas de démocratie solide sans alternance. Même dans les partis politiques vous ne parlez pas de démocratie tant que le père fondateur du parti est le président », a-t-il expliqué.

Le poursuivant, il a insisté sur sa position en ne soutenant pas une modification de la constitution. Il faut qu’il y ait alternance, chaque fois qu’il y ait d’alternance, il y a des nouvelles perspectives.

« Très clairement nous n’adhérerons pas du tout à une modification de la constitution. Pas seulement parce que nous le voulons pas par conviction, mais aussi parce que notre mission en tant qu’institution de droit de l’homme ne nous permet pas d’adhérer à un tel processus » a ajouté M. Kaba.

Il a par la même occasion rappelé que la constitution de Juin 2010 dans son article 27 précise que  « le président de la république est élu au suffrage universel direct. La durée de son mandat est de cinq ans, renouvelable une fois et en aucun cas, nul ne peut  exercer plus de deux mandats présidentiel consécutive ou non ».

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : +224-654-79-5O-63

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here