A LA UNELibre Opinion

Transition: la fin de l’idylle (édito Djoma Média/ Mognouma)

Plus de cinq mois après leur effraction sur la scène politique, les militaires découvrent une autre réalité du pouvoir. C’est cette réalité différente du confort dans lequel ils se trouvaient suite à un coup de force bien accueilli dans l’opinion.

À ce jour, l’enthousiasme semble céder le pas à l’inquiétude. Cette attitude réservée contre  un régime d’une durée aussi courte, équivalente, en temps normal, à la période d’un état de lieux, pourrait s’expliquer par l’excitation des nouvelles autorités à se faire passer comme étant la solution aux raisons qu’elles ont invoquées pour justifier le coup  d’Etat.

Elles nourrissent,  à cet effet, la  prétention de  régler tous les problèmes.  Certainement,  de peur d’être elles aussi, victimes d’un vilain retour de la manivelle.  Car, en de pareilles circonstances,  les mêmes maux pourraient justifier les mêmes agissements.

Malgré tout, leur volonté de bien faire se butte inconfortablement contre des réalités qu’elles ont obstinément  ignorées ou qu’elles n’ont pas  prévues.

Dans le catalogue des actions à mener, on promet le développement, pendant que les caisses de l’Etat, seraient profondément vides, pour reprendre les termes du Premier Ministre  et les espoirs  pour  les renflouer à partir des financements extérieurs, sont quasiment inexistants en période de transition.

A LIRE =>  Guinée: Foniké Menguè, l'artiste Djani Alfa et Bella Bah arrêtés par des agents de la DCPJ-BRB2 en pleine conférence de presse

Les audits aussi sont annoncés ainsi que des procès qui devraient imposer une rallonge de la période de la transition.

Tout est érigé en priorité, bousculant ainsi ce qui semble être pour les vrais  acteurs de la transition, qui sont les politiques,  la priorité des priorités. C’est celle d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

La junte risque d’être  prise dans son propre  piège en s’encombrant de priorités qui ne devraient pas être celles d’un pouvoir transitoire.

En effet, le doute s’installe chez les soutiens. Ceux-là  qui voyaient en eux les sauveurs et non des acteurs du développement.

Le divorce n’est pas encore consommé, mais on peut cependant affirmer que la fin du baiser de Judas a sonné.  Dans le récit évangélique, le baiser de judas est en fait un code. Le témoignage de l’affection trompeuse et perfide  de Judas pour Jésus.

Les politiques ne cachent plus leur agacement. Leurs militants aussi.  Les bains de foule dans les fiefs de ces derniers, sont désormais  de lointains souvenirs.

Par des pratiques connues dans le pays, des thuriféraires et des apparatchiks du pouvoir décident de rétablir la légitimité bringuebalante.

Le concert pour la paix et la réconciliation n’est pas  insoupçonné  pour cette visée. Mais le générique et la méthode restent controversés.

A LIRE =>  N'zérékoré: un homme fusille mortellement deux pères de famille à cause de sa femme

Le meilleur moyen d’être en phase, pour la junte, c’est d’aller à l’essentiel. Car qui trop embrasse mal étreint.

Mognouma

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »