A LA UNENouvelles des Regions

Labé_La récurrence des accidents de la circulation à Labico irrite la colère des citoyens de la localité

Labico sur la transnationale Labé-Dakar était en ébullition dans la journée du vendredi 15 avril 2022 et pour cause, un  élève qui rentrait de l’école sur sa moto a percuté un garçonnet de deux ans et a pris la poudre d’escampette sans être rattrapé vers 11 heures.

Il n’en fallait pas plus pour mettre sur leur gond les riverains qui il y a trois ans avaient devant la récurrence des accidents mortels avaient entrepris de mettre des  ralentisseurs contre lesquels la commune s’était montrée défavorable et surtout intraitable.

D’ailleurs un vieil ancien combattant avait été pris à l’époque pour dit-on avoir bravé l’autorité en portant les riverains à ériger les dos d’âne pour la sécurité des leurs et il avait dû verser un montant de 5 millions de francs guinéens pour se sortir du problème où il s’était empêtré.

Cherif Diallo a été conduit  au camp El hadj Omar Tall pour les soins après ses fractures et la population a décidé de paralyser la circulation jusqu’à ce que le maire de la commue  prenne en charge le blessé comme il le promettait d’antan et qu’il autorise l’érection de ralentisseurs pour sauver les riverains  de la folie des usagers de la route qui il faut le signaler sur cet axe bitumé.

A LIRE =>  Electricité : aux Etats-Unis, "Forum Power Africa" l'expertise du Ministre Abé Sylla sollicitée par le Ghana, l'Afrique du Sud et le Congo

Fatou Labico, mère de famille rappelle que depuis l’engagement du maire deux accidents au moins, sont survenus dans la zone sans que Mamadou Aliou Laly Diallo n’honore ses engagements.

Cette paralysie de la circulation a beaucoup affecté les usagers, c’est le cas de ce chauffeur de camion dont la cargaison est fruitière, des mangues en partance pour Conakry et qui a dû attendre 4 heures.

Pour lui, les taxis motos qui stationnent dans la zone auraient pu rattraper le fuyard plutôt que d’empêcher le passage, il espérait un dénouement heureux à défaut duquel il comptait avertir les autorités pour venir gérer  cette colère citoyenne.

Dans la soirée, peu avant le crépuscule les riverains sont revenus à de meilleurs sentiments et la circulation a repris pour le bonheur des usagers.

Ce samedi, les riverains du quartier ont entrepris la rédaction d’une demande formelle  en direction des autorités de la ville pour l’érection de ralentisseurs.

Petit rappel, cette route bitumée, il y a quelques années et donc très praticable est devenue une sorte de paradis pour les amateurs de sensations fortes et autres conducteurs en état d’ébriété

Tkillah Tounkara

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »