orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Macron avec le fils d'Idriss Déby

Tchad : Le coup d’Etat militaire entériné par la communauté internationale. (Nathalie Yamb)

ENTERREMENT
Les photos de tous ces chefs d’Etat accueillis depuis ce matin à l’aéroport de N’Djamena par des membres de la junte militaire qui a fait un coup d’Etat au Tchad suite au décès du président Idriss Deby m’ont fait réfléchir.
Car c’est bien un coup d’Etat qui s’est déroulé sous nos yeux au Tchad, et qui a été entériné par l’ensemble de la communauté internationale. En effet, les articles 82, 83 et 240 de la constitution tchadienne du 14 décembre 2020 ayant prévu la vacance définitive du PR, c’est le président de l’Assemblée nationale tchadienne qui devrait assurer l’intérim et organiser des élections dans les 45 à 90 jours.
Cela m’a rappelé ce qui s’est passé au Togo lors du décès de Gnassingbé Eyadema en 2005. La constitution togolaise prévoyait que ce soit le président de l’Assemblée nationale qui assure l’intérim. Quand les militaires ont commencé leurs manœuvres à Lomé pour l’évincer et imposer le fils Faure Gnassingbé à la présidence, le PAN de Côte d’Ivoire d’alors, Mamadou Koulibaly, s’est rendu avec des députés et des journalistes au Bénin, où se séjournait son collègue togolais Fambaré Ouattara Natchaba, pour lui apporter son soutien et lui dire que la Côte d’Ivoire serait à ses côtés pour exiger le respect de l’ordre constitutionnel au Togo.
Depuis Cotonou, il a appelé tous les présidents d’assemblées nationales de la Cedeao pour leur dire qu’il fallait que chacun d’eux prenne la parole pour condamner le putsch monarchique en cours à Lomé et soutenir leur collègue.
Mais quelle ne fut pas la surprise de Koulibaly d’entendre, le lendemain, Fambaré Ouattara Natchaba lui-même lui déclarer accepter le putsch et Faure Eyadema comme président. “Sinon, Mamadou, ça va me mettre dans les problèmes.”
Quand j’ai lu le courrier, insensé et comportant des fautes, du Bureau de l’AN signé par le président du parlement tchadien Haroun Kabadi, inscrivant en lettres de honte son renoncement à exiger l’application de la constitution, prenant acte de la dissolution du parlement et exprimant son soutien au Conseil militaire de transition et à ses décisions, cela m’a rappelé cette anecdote peu connue que je viens de partager avec vous.
Cinq leçons s’imposent à nous, valables aussi bien en 2005 qu’en 2021.
1) En Afrique, les constitutions ont moins de valeur que le papier avec lequel on emballe nos légumes au marché.
2) Les viols de la constitution se paient cash et durablement: de la même façon que Faure est toujours en poste 16 ans après son accession frauduleuse au fauteuil présidentiel au Togo, il est utopique de penser que le fils Deby dégagera volontairement du pouvoir avant longtemps, sauf s’il meurt de façon aussi impromptue et nébuleuse que son père.
3) On ne peut pas se plaindre de l’ingérence des puissances extérieures dans nos affaires et dans notre quotidien, si nous sommes nous mêmes les premiers à accepter promptement, silencieusement et docilement les violations de nos textes. Le lézard entre dans la case là où elle est fissurée.
4) Pour être respecté, il faut agir. Pour agir, il faut penser. Pour penser, il faut être contre. Contre l’état de fait, contre la violation permanente des règles, contre le systeme qui nous avilit, nous appauvrit et nous étouffe.
5) La lâcheté de ceux qui nous gouvernent est symptomatique de celle des peuples qu’ils représentent. Si le peuple tchadien accepte sans broncher ce que la communauté internationale veut lui imposer comme étant la “normalité africaine”, alors nous ne devons pas perdre une seconde à le plaindre. Si par contre il se soulève contre ce passage en force outrageux, alors nous devons le soutenir, comme nous avons soutenu les Burkinabè quand ils ont éjecté le tripatouilleur de constitution et assassin Blaise Compaoré en 2014, ou les Sénégalais au mois de mars dernier.
Sinon, ce qui sera enterré aujourd’hui, ce n’est pas seulement la dépouille de Idriss Deby Itno, mais également le cadavre des espoirs de vie apaisée et meilleure de millions de Tchadiens et de Tchadiennes. Et nous le savons tous: à force de regarder ailleurs quand le feu fait des ravages chez le voisin, l’incendie finit par détruire notre propre case.
Bon week-end.
#LaDameDeSochi 🐝💛
Nathalie Yamb

Share and Enjoy !

Shares
A LIRE =>  Cérémonie de lancement du projet Rapid Financing Facilities (RFF), à l'hôtel Palm.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »