Depuis la démission du gouvernement de Mamadou Saïd, l’opinion attend la publication de liste des membres des membres de nouvelle équipe « de mission », annoncée par le Chef de l’Etat.

 

Même si rien ne semble filtrer des noms des prochains chefs de département, certaines indiscrétions appuyées d’une dose de bon sens livrent déjà les noms de possible ministrables.

Si les indications se réalisent, le Parlement pourrait la principale institution pour cette gratification. Des députés nouvellement élus pourraient rentrer dans le gouvernement. Même si le nombre exact n’est pas connu, certains noms semblent incontournables.

Il s’agit entre autres de la coordinatrice du Rpg-Arc-en-ciel, Hadja Nantou Chérif, précédemment ministre d’Etat, conseillère à la Présidence de la République. Cette dame, au cœur d’homme, a fait une preuve d’humilité et de sagesse, selon les termes d’un cadre de la majorité,  dans le partage de responsabilités dans le nouveau Parlement au point de mettre dans l’embarra la commission en charge de cette question. Malgré son rang, elle n’occupe qu’un poste de 1ère V/présidente de Commission.

A côté d’elle, il ya l’ancien Président du Conseil Economique et Social, Michel, régulièrement cité à la tête du perchoir. Après sa position, jugée conciliantes et réaliste, ce gros bonnet, élu 1er V/président de la commission des finances, pourrait être appelé dans le nouveau gouvernement.

En plus de ces deux barons du parti présidentiel, d’autres noms continuent d’être égrenés en l’occurrence, Sékou Benna Camara du parti Gud, précédemment conseiller à la Primature chargé des questions énergétiques. Cet économiste qui vient au Parlement comme allié du pouvoir et membre de la majorité présidentielle, est pressenti comme ministrable.

Kassory Fofana, Don Kass pour les intimes et Président du Gpt, avec une voix au Parlement, même non-inscrit, focalise les esprits pour la primature ou du moins pour un portefeuille gouvernemental.
A cinq députés, d’autres noms, comme Zalikatou et Jean Marie Doré sont annoncés pour de belles surprises. Mais les quelles ? C’est la question que le monde se pose, après avoir « probablement » facilité l’élection au perchoir du candidat du pouvoir, l’Honorable Claude Kory Kondiano.

Dans le gouvernement sortant, également des noms sont annoncés pour revenir ou changer de postes. Même si les plus pessimistes parient sur le départ de certains « gros bonnet », la carte politique oblige, Alpha Condé, réfléchira deux fois voir plus, sur 2015, avant de prendre la décision de renvoyer ou de maintenir n’importe quel cadre, partisan, allié ou ami. Les plus réalistes, pensent qu’un examen porté sur les résultats de leur travail, serait plus productif.

Et si c’est le cas, plusieurs ministres de l’ancienne équipe pourraient se frotter les mains en changeant de poste, s’ils ne sont pas maintenus tout simplement à la tête de leurs départements.

Ce vendredi, selon de nombreuses sources, le patron de Sékoutoureya, Alpha Condé, pourrait annoncer le nom du Premier ministre. Seulement, pour d’un observateur, cette nomination devrait être précédée de la publication d’une nouvelle structure gouvernementale plus claire et plus cohérente pour éviter les querelles unitives de leadership ou d’attributions.

B.Abdallah/Aminata.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here