A LA UNENouvelles des Regions

Labé_ Le BGDA procède au paiement des émoluments des artistes

Les artistes de la région de Labé ont reçu de la part du BGDA leurs droits d’auteur de la part du coordonateur des antennes préfectorales de l’agence venu expressément de la capitale.

Mamadi Camara coordonnateur des antennes préfectorales du BGDA

Mamadi Camara estime que le voyage s’est bien passé.
La première enveloppe a été remise à l’ancienne inspectrice de la culture et poétesse Hadja Zeinab Koumanthio Diallo.
Un changement d’envergure, désormais les personnes âgées ou malades se font apporter à domicile leurs émoluments.

À la question de savoir quel est le nombre de personnes concernées par ce payement à Labé le coordinateur des antennes préfectorales a ainsi répondu :
« Oui ! Nous sommes venus avec un état, on va payer les artistes comme les acteurs du Kolima Jazz et tous les membres des anciens orchestres seront payés puis nous irons à Mamou. »

L’émissaire en chef du BGDA a touché du doigt la difficulté majeure de l’entité qui est le refus par certains usagers de payer les redevances y afférentes, Mamadi Camara s’est non seulement investi dans la sensibilisation mais il a aussi tenu à préciser :
« … actuellement, ils refusent de payer les redevances, ce n’est pas une taxe mais le salaire des artistes. L’argent que les délégués payent est reversé dans les comptes du BGDA et la somme est redistribuée aux artistes… »

A LIRE =>  Économie: le CNT adopte la loi d'autorisation de ratification d'une convention de financement portant sur 45 millions USD entre l'IDA et la Guinée 

La question des changements a été posée à Mamadi Camara, y en a-t-il eu ou pas ?

« Bien sûr ! il y a une différence a lâché l’homme, le DG a son arrivée a obtenu un local digne de nom (NDLR : ancienne résidence de Mr Sidya Touré), les bureaux sont bien équipés et nous allons aussi procéder au changement des badges…Une moto a été attribuée à chaque percepteur par commune et il a institué une brigade de lutte contre la piraterie. »

Le clou de l’entretien a porté sur le cas des artistes qui implorent souvent la solidarité populaire pour faire face à leur maladie.
Mamadi Camara a précisé : « L’artiste quandil est malade o dit souvent, le département ne fait rien pour lui ; cependant ; l y a l’assurance santé qui est là, il suffitd’adhérer et les 70%des frais sont pris par la direction générale. »

Tkillah Tounkara

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »