Rate this post

Dans un entretien accordé à Aminata.com, le Vice-président de la CPEG et PDG du BCEIP, Mansa Moussa Sidibé, après avoir rendu un hommage mérité à l’artisane de la performance guinéenne dans le climat des affaires récompensé par un meilleur classement Doing Business, exprime la satisfaction du secteur privé. D’autres questions liées naturellement à l’évolution des entreprises privées sur le terrain et le prix attribué au CPEIG ont complété cet entretien. Lisez…

Bonjour M.Sidibé : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis M. Mansa Moussa Sidibé, ancien ministre et Président Directeur Général de BCEIP (ndlr : Bureau de consultation, d’enquêtes, d’intérim et de perfectionnement) et Vice Président  délégué de la CPEG (ndlr : confédération patronale des entreprises de Guinée)

Quel est votre sentiment après le lancement du rapport Doing Business où la Guinée a décroché quelques places, passant du 179ème au 175ème  rang ?

Ecoutez, je suis  tout joyeux et certainement comme vous  d’ailleurs d’apprendre que notre pays, malgré les multiples soubresauts  que nous avons connus ces derniers temps  a réussi quand même à cumuler encore quatre points dans le cadre du Doing business.  Cela veut dire que notre peuple commence à comprendre le sens de la démocratie qui ne signifie pas animosité ni brutalité ou désordre. Rien ne vaut que se donner à une activité, à un travail sérieux. Puisque c’est là où les richesses et les revenus  s’acquièrent, se multiplient et profitent à tout le peuple.

Quelle a été la contribution du secteur privé dans l’amélioration de ce classement ?

Ecoutez, avant de répondre à cette question, je voudrais d’abord franchement féliciter, à travers vos organes de presse, féliciter Madame la ministre de l’Industrie et des Pme, en charge du secteur privé. Elle a beaucoup fait. C’est elle qui nous a mis dans ce mouvement. C’est grâce à elle que nous avons réussi à nous intéresser au Doing Business. Aujourd’hui, nous avons compris que le Doing Business, c’est pour nous. Sa contribution a été efficace. Depuis la création de l’APIP (ndlr : Agence pour la promotion des investissements privés)  jusqu’aux autres éléments du Doing business, nous avons compris que  ça va dans l’intérêt de la Guinée. Et les résultats sont très visibles à ce niveau car, pour l’année 2011/2012, il ya plus de 1000 entreprises créées en Guinée grâce à la création de l’APIP, c’est une très bonne chose.

En votre qualité de représentant du secteur privé à cet évènement, quel est votre réaction par rapport à la situation du climat des affaires en Guinée ?

Je l’ai dit tantôt, notre réaction est un sentiment de satisfaction. Je pense que le secteur privé guinéen accède de plus en plus à de meilleures conditions de son épanouissement. Il y a quelques années, cet environnement était tout autre. Nous pensons que d’importants progrès ont été obtenus ces derniers temps permettant à tout investisseur privé de venir créer son entreprise avec les garanties et la sécurité que cela impose, telle est la volonté manifeste du Chef de l’Etat.

Vous avez récemment obtenu un prix international. Qu’est ce que cela vous fait ?

Effectivement le BCEIP a obtenu le 29 septembre 2013 à Genève le prix international de qualité en management et en leadership décerné par Business initiative directions (BID). Ce prix est un motif de légitime satisfaction et de grand réconfort pour la consécration de la qualité de nos prestations. C’est aussi un fort stimulant à persévérer pour aller de l’avant pour l’ensemble du personnel BCEIP. Le leadership du BCEIP ainsi reconnu, devra être mis a profit pour toujours accroitre son impact positif dans l’offre d’emploi a la jeunesse Guinée qualifiée qui en a tant besoin.

Vous êtes l’un des pionniers dans la création de sociétés de gardiennage et d’intérim en Guinée. Comment se porte votre entreprise et quelles sont vos perspectives au moment où la Guinée s’ouvre au monde avec l’arrivée possible d’importantes sociétés dont des multinationales ?

Premier bureau d’intérim sur la place en Guinée, le BCEIP a étendu ses activités au secteur de la prévention privée de sécurité qui s’est révélé porteur d’un fort potentiel d’emploi et formation multiforme.

Ce secteur est dynamique et exige un constant effort de dépassement en raison des exigences de sa clientèle. Les prochaines années ce secteur est appelé à s’accroitre fortement pour tenir compte des perspectives  d’expansion de l’économie guinéenne.

Propos recueillis par Baldé Abdallah/Aminata.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here