orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Le Rwanda à l’ONU : L’équité en matière de vaccins, l’inclusion, la paix et l’égalité des sexes en tête de nos priorités

L’ambassadrice Valentine Rugwabiza (à gauche) et Mme Amina J. Mohammed, Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, lors de la célébration des 25 ans de la libération du Rwanda.

— Ambassadrice Valentine Rugwabiza, Représentante permanente du Rwanda auprès des Nations Unies.

Mission permanente du Rwanda auprès des Nations Unies

L’ambassadrice rwandaise Valentine Rugwabiza est l’une des rares représentantes permanentes africaines de leur pays auprès des Nations Unies à New York. Dans le cadre de la série Afrique Renouveau qui présente les femmes africaines représentant leur pays au siège de l’ONU, elle s’est entretenue avec Zipporah Musau de ses priorités, des défis qu’elle a dû relever jusqu’à présent et des raisons pour lesquelles elle plaide en faveur d’un plus grand nombre de représentantes permanentes. En voici des extraits :

Ambassadrice Valentine Rugwabiza

Afrique Renouveau : Commençons par votre parcours jusqu’à ce poste. Comment s’est-il déroulé et quelles sont, selon vous, vos trois principales réalisations jusqu’à présent ?

Amb. Rugwabiza : Merci de nous donner l’occasion d’avoir cette conversation. Nous nous sentons chez nous à Afrique Renouveau.

Je travaille depuis un peu plus de 30 ans maintenant. C’est une longue période, mais en Afrique, les gens sont fiers de l’âge avancé et de ce qu’il signifie en termes d’expérience et de sagesse.  La majeure partie de ma carrière a été partagée entre le secteur privé et la fonction publique – à la fois dans mon propre pays et en tant que fonctionnaire international.

J’ai commencé ma carrière professionnelle dans le secteur privé, où j’ai passé une dizaine d’années, puis j’ai créé une entreprise au Rwanda, que j’ai codirigée avec une sœur. J’ai organisé et lancé une association de femmes entrepreneures au Rwanda. Je suis également membre fondateur de la Fédération du secteur privé au Rwanda. Cependant, l’influence et le rôle des femmes n’y étaient pas présents. Les femmes étaient actives dans le monde des affaires, même dans les circonstances spécifiques et difficiles de l’après-1994, mais leur rôle ne se reflétait pas dans la gestion de la fédération à tous les niveaux. Nous nous sommes donc organisés pour que les femmes soient représentées.

On m’a ensuite offert la possibilité de représenter le Rwanda aux Nations Unies à Genève en tant que représentante permanente et ambassadrice. J’ai exercé cette fonction pendant trois ans, puis j’ai été nommée directrice générale adjointe de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), devenant ainsi la première femme à occuper ce poste. Vous pouvez donc imaginer à quel point je suis ravie en ce moment, car nous avons la première femme directrice générale de l’OMC, Mme Ngozi Okonjo-Iweala.

De là, je suis retournée au Rwanda où j’ai été nommée ministre chargée des investissements, puis ministre des affaires d’intégration régionale de l’Afrique de l’Est. C’est à partir de là que j’ai été nommé à mon poste actuel, où je suis depuis quatre ans.

Quel est, selon vous, le fil conducteur de ce parcours ?

Dans toutes les sphères de ma carrière – que ce soit dans le secteur privé, en tant que fonctionnaire international ou au niveau national – ce qui m’a toujours motivé, c’est une plus grande inclusion. Je crois fermement à l’inclusion et je sais qu’un système, ou un pays, qui est exclusif ne peut être maintenu. Et j’espère que c’est l’une des leçons que nous tirons de la pandémie mondiale de la COVID-19. Il faut se demander pourquoi les pays riches, qui disposent de tant de ressources, ont perdu tant de vies. C’est dû à une seule raison : l’exclusion et les inégalités. Cela n’a rien à voir avec la richesse, les ressources limitées ou les capacités limitées à prendre soin de la population. Les capacités sont là, mais certaines personnes ont été structurellement et institutionnellement exclues. Lorsque vous avez un système fondé sur l’exclusion, dès que vous êtes frappé par un défi mondial, ces inégalités sont mises à nu et exposées.

Donc, pour moi, c’est l’inclusion, principalement des femmes et des Africains. C’est l’inclusion des priorités, des différentes préoccupations et des différentes perspectives. Si vos propres perspectives ne sont pas prises en compte, le résultat mondial ou régional ne peut pas fonctionner pour vous.

L’inclusion doit se faire dès le départ. Nous ne pouvons pas tout faire – la planification, les stratégies, et même convenir des différentes ressources et des moyens de mettre en œuvre ces stratégies – et une fois que tout est prêt, nous invitons quelques Africains autour de la table. Ce n’est pas de l’inclusion, c’est de la superficialité.

C’est aussi l’inclusion des jeunes. Je ne veux pas dire que cela ne coûte rien. Il y a partout dans le monde une façon pas très intelligente d’exclure les jeunes, comme les exigences en termes d’expérience. Bien sûr, il faut investir du temps et des efforts pour les former et les préparer. Si nous n’incluons pas les jeunes, si nous ne les formons pas et si nous ne veillons pas à ce qu’ils disposent non seulement de plates-formes d’apprentissage, mais qu’ils comprennent également comment ils peuvent apporter leur contribution, alors vous ne pensez qu’à vous. Au moment où vous quitterez vos fonctions, vous aurez peut-être eu une grande carrière, oui, mais en termes de changement systémique, vous n’aurez pas accompli grand-chose.

A LIRE =>  Côte d'ivoire: 10 ans après la crise post-électorale, Alassane Ouattara reçoit Laurent Gbagbo

Quelles sont, selon vous, vos trois principales réalisations en tant que représentante permanente du Rwanda auprès des Nations Unies, ici à New York ?

Le Rwanda est l’un des principaux pays contributeurs de troupes des forces de maintien de la paix de l’ONU. Nous sommes en fait parmi les trois premiers pays contributeurs de troupes, avec environ 6 000 de nos femmes et hommes en uniforme déployés dans différentes missions de maintien de la paix.

Cela montre clairement que le maintien de la paix, la paix et la sécurité sont très importants pour nous, car cela a un rapport avec notre propre histoire. Au moment où nous en avions le plus besoin [pendant le génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda], nous avons été abandonnés par la communauté internationale, la mission de maintien de la paix qui se trouvait au Rwanda à cette époque a reçu l’ordre du Conseil de sécurité des Nations Unies de partir.

Je dois mentionner ici que, malgré ces instructions, un contingent a décidé de rester – les Ghanéens. Nous ne l’oublierons jamais, quel que soit le nombre de générations.  Pour eux, nos vies comptaient. Ils n’ont pas empêché le génocide, mais ils ont sauvé quelques milliers de vies.

De même, le regretté capitaine Mbaye Diagne, un Casque bleu sénégalais, a décidé de ne pas partir et a perdu sa vie en sauvant des vies. Nous n’avons pas vu d’humanité de la part de ceux qui étaient responsables du maintien de la paix et de la sécurité. Non, nous avons vu l’humanité de nos compatriotes africains, au péril de leur vie. Alors, maintenant nous savons – dans nos cœurs, dans nos esprits, nous tous – que c’est l’Afrique que nous devons vraiment protéger. Nous devons être là les uns pour les autres. Ainsi, pour nous, faire en sorte que la paix et la sécurité règnent en Afrique est ce dans quoi nous avons investi et ce à quoi nous apportons notre propre contribution, aussi petite soit-elle.

Nous avons également contribué à renforcer le concept de protection des civils. Nous l’avons même rendu un peu plus normatif grâce à ce que nous appelons les principes de Kigali sur la protection des civils – en fournissant des lignes directrices claires en matière de protection dans des situations qui ne sont pas nécessairement aussi extrêmes que le génocide contre les Tutsis en 1994, et aussi comment prévenir [de telles situations], et surtout, comment protéger au lieu d’abandonner les gens.

En outre, j’ai personnellement coprésidé avec succès une résolution sur la réforme du pilier « paix et sécurité » aux Nations Unies, qui met l’accent, entre autres, sur la prévention et la délégation de pouvoirs au commandant, à ceux qui sont sur le terrain, et sur la nécessité de s’assurer que nous sommes souples et que nous pouvons agir de manière efficace.

C’est également à cette époque que, pour la toute première fois, il a été codifié à l’Assemblée générale des Nations Unies que ce qui s’est passé au Rwanda en 1994 était un « génocide contre les Tutsis » – initialement en 2018 et à nouveau l’année dernière en 2020. Cela revêt une grande importance pour nous, car nous savons à quoi peut conduire la déformation de l’histoire, ou le déni de l’histoire. C’est le minimum que nous devons, d’abord aux survivants après avoir tant perdu, pour protéger la dignité de ceux que nous avons perdus, et à l’ensemble de la société rwandaise.

Quelle est, selon vous, la partie la plus difficile de votre travail jusqu’à présent ?

La partie la plus difficile de ce travail n’est pas propre au Rwanda. C’est un défi qui est commun à la plupart des délégations africaines. Nous avons des équipes très, très, très petites dans nos missions, et pourtant nous ne pouvons pas nous permettre d’être absents parce que c’est la nature de la diplomatie – on influence par l’engagement. Ce problème est commun à environ 80 % des missions africaines ici à New York. Si vous comparez la mission du Rwanda avec n’importe quelle mission européenne, elles ont cinq ou six fois plus de diplomates, et pourtant les responsabilités des États membres sont les mêmes. Cependant, même si nous avons de très petites équipes, nous avons de grandes ambitions et nous apportons des contributions majeures.

A LIRE =>  Le Cameroun Accroît Sa Contribution A Shelter Afrique Avec Un Paiement De 3,5 Millions De Dollars.

Y a-t-il un autre défi que vous aimeriez souligner ?

Pour ma part, je m’intéresse également aux défis auxquels sont confrontés les pays africains. Il est très important d’avoir une coordination efficace avec ce qui se passe sur le continent, nous avons besoin d’un mécanisme institutionnalisé de coordination. Comme vous le savez, le sommet des chefs d’État de l’UA a lieu deux fois par an. Nous ne pouvons pas dépendre de ce sommet pour obtenir nos décisions et les intégrer ensuite dans les priorités du Groupe africain. Nous devons disposer d’un système qui fonctionne sur une base plus permanente.

Pour l’avenir, quelles sont, selon vous, vos trois principales priorités pour cette année 2021 ?

L’équité en matière de santé et l’inclusion restent la priorité absolue. En ce qui concerne l’équité en matière de santé, nous sommes tous témoins de ce qui se passe avec le vaccin COVID-19, l’équité en matière de vaccins est donc une priorité absolue. Ce qui s’est passé avec le vaccin COVID-19 est un baromètre pour savoir si la coopération internationale fonctionne ou non. Et jusqu’à présent, le verdict est qu’elle est dysfonctionnelle. Cela signifie que nous devons nous assurer que ce que l’on appelle le « bien commun » est réellement mis en œuvre en tant que bien commun. Mais plus spécifiquement sur la santé, il s’agira de s’assurer qu’il y a une mobilisation pour la résilience de la santé, pour construire des systèmes résilients.

L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes resteront également une question importante pour nous. Nous sommes toujours restés parmi les dix premiers champions de la campagne « He for She » [une campagne des Nations Unies sur l’égalité des sexes].

En outre, j’ai repris à la fin de l’année dernière [2020] la coprésidence, avec le représentant permanent du Qatar, du Groupe d’amis sur la parité des sexes, qui rassemble plus de 150 pays. Nous voulons nous assurer que la parité entre les sexes que nous observons au sein du Secrétariat de l’ONU ne se limite pas aux postes de haut niveau. Oui, le Secrétaire général António Guterres a fait un excellent travail pour atteindre la parité des sexes aux niveaux supérieurs. Cependant, la véritable parité entre les sexes et la véritable intégration se produisent au niveau de l’encadrement intermédiaire. Il faut donc poursuivre ce travail et l’intégrer dans les performances des cadres.

Vous savez probablement aussi que le Rwanda est souvent considéré comme un « pays numérique ». L’inclusion numérique restera donc une priorité absolue pour moi et pour notre pays.

Je mentionnerai également un autre domaine : le développement durable. Je co-dirige, avec quelques autres amis, un travail visant à se remettre mieux et durablement de la pandémie de COVID-19, car elle a apporté tant de souffrances. Nous devons nous assurer que nous changeons notre façon de faire les choses et que nous travaillons réellement sur l’inclusion, la durabilité et la résilience d’une manière plus solide.

Et puis bien sûr, même si je le mentionne en dernier, ce n’est certainement pas le moindre. La paix et la sécurité sont le fondement de tout, et nous devons nous assurer que nous apportons notre propre contribution à la résolution des conflits sur le continent.

Il y a peu de femmes représentantes permanentes africaines auprès des Nations Unies. Actuellement, parmi les pays africains, seuls l’Angola, le Tchad, l’Érythrée, le Rwanda et l’Afrique du Sud comptent des femmes parmi leurs représentants permanents. Madagascar a également une femme en tant que Chargée d’affaires a.i. Que pensez-vous qu’il faille faire pour augmenter ce nombre ?

Eh bien, nous devons continuer, à différents niveaux, à sensibiliser nos propres dirigeants à l’importance d’atteindre, sinon la parité, du moins une bien meilleure représentation dans notre diplomatie, non seulement dans la plus grande plateforme multilatérale, qui est New York, mais aussi dans d’autres plateformes multilatérales, comme Genève et Addis-Abeba.

Il est parfois important aussi d’exposer les chiffres, de partager les données sur la représentation féminine. Et d’ailleurs, ce n’est pas un problème propre à l’Afrique. Il y a quelques mois, j’ai rencontré mon collègue des Pays-Bas. Et bien que les Pays-Bas aient été de fervents défenseurs de l’égalité des sexes, l’ambassadeur actuel des Pays-Bas est la toute première femme ambassadrice auprès des Nations Unies. Et ce n’est pas un cas isolé. Bien sûr, nous nous intéressons davantage au continent africain, mais vous serez surpris de constater que nous nous en sortons mieux que d’autres régions. Je dirais même que la seule exception est les Caraïbes, qui s’en sortent très bien en ce qui concerne la représentation réelle des femmes à des postes de direction.

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

Par: 

Zipporah Musau

Afrique Renouveau

Share and Enjoy !

Shares

Apropos Amadou Diallo

Pour une Guinee libre et prospere

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »