Sadou Keita, gouverneur de Labé
Sadou Keita, gouverneur de Labé

Alors que l’insécurité est montée crescendo ces dernières semaines dans la  région de  Labé, les autorités  ont  décidé prendre  le  taureau  par  les  cornes.

Le gouverneur Sadou Keita  nous  a  accordé un entretien au  cour duquel, il nous a parlé des  mesures  de  riposte en examen contre  le  grand  banditisme mais  aussi de certains  détails susceptibles  de  peser  lourd dans l’offensive  en  préparation.

De la stratégie en  expérimentation

Nous  avons  pris  des  mesures que  nous  n’allons pas  dévoiler car  les malfaiteurs  ont  des  stratégies qu’ils n’ébruitent  pas, avec  le préfet  on  s’est  entendu de  faire appel à tout  ceux  qui ont une parcelle  de  pouvoir jusqu’au  niveau  des  secteurs pour  les  mettre en  face  de  leurs  responsabilités, on  est  conscients  qu’ils ne  peuvent  arrêter  u  bandit mais ils peuvent  signaler  sa  présence. Ce n’est  pas  que  les  forces de  sécurité  qui  doivent agir, chaque  citoyen  est  aussi  responsable  de  sa  propre  sécurité. Nous avons vécu cas similaire en 2014, la communion sincère  sans  politisation aucune  avait  permis d’endiguer  le  phénomène.

Nous  savons  que  les  malfaiteurs se  droguet  et  boivent  de  l’alcool pour  agir, nous  connaissons où ils  le  font, on  ira  en  guerre  contre  ça aussi.

On nous a dit  aussi  à plusieurs  reprises  qu’il y a des  bandits  qui sont  libérés de  leurs  maisons  carcérales pour  qu’ils  aillent  commettre  des  forfaits nous  allons  interpeller  le  procureur  et  le  greffier car il est préférable  que  le  travail  soit collectif.

Les numéros  verts

Les  numéros  verts  n’augurent  d’aucuns  bon  résultat car  les  malfaiteurs eux-mêmes relèvent les numéros et  au  moment  d’attaquer  font  de  fausses  alertes  pour  désorienter  nos  agents moi  je  porte  davantage confiance à la vigilance citoyenne.

La sympathie de  certains citoyens aux malfaiteurs

… les complicités y sont apparentes, quand  un  bandit  fait  profiter  de  son  butin avec  des  citoyens qui prennent  fait  et  cause  pour  lui  lorsqu’il  est  dans  le  collimateur des services  de  sécurité, ces citoyens sont  complices  et  seront  traités  comme  tels, voilà pourquoi on implique les  responsables de  secteurs, si  on  met  la  main sur  un  malfaiteur de  quelque  nature que  ce  soit  et  un  citoyen  vient  intercéder on mettra  la  main sur  l’intercesseur.

Les armes  militaires présentes  à toutes  les  attaques

Aujourd’hui chez  nous, il y a une  organisation  contre l’introduction  des  armes  légères mais  il y a  eu  des  guerres  dans  le  voisinage  jusqu’en Lybie et  les  armes  sorties  de  ces guerres  circulent, il y a  certains  anciens  miliciens  qui  n’ont  jamais  rendu  leurs armes, quoiqu’il  en  soit  personne  n’a  été  pris et  qu’il dénonce  un  militaire comme  celui  qui  lui  a  filé une  arme car si  c’était  le  cas il est  facile  de  remonter à la source.

Mais  nous  instiguerons un  communiqué pour  demander  un  dépôt  libre  des  armes car  si  on  prend  quelqu’un qui  n’a  pas  rendu  après  il  fera  face à la  sanction  prévue  à cet  effet.

Les  produits  pharmaceutiques vendues à  usage  de  drogue sans ordonnance  dans  les  pharmacies et officines

Avec  le  DRS et  l’inspecteur  des pharmacies, on va  y  tabler et  inspecter  les stocks, si  on prend  un consommateur servi par  ces  entités, elles  couleront  avec  lui le  consommateur.

Des  agents  de  sécurité  qui protègent les  dealers

Sur la  question  nos  avons attiré  l’attention des  responsables  des  services  de  sécurité, vrai ou  faux, ils sont  interpellés. Si c’est  vrai, ils sont  complices, si ça  ne  l’est  pas qu’ils   conseillent  leurs hommes. Un gendarme n’est  pas  ami  à un civil, si tu fumes, bois ou  te  promènes  avec  un  civil, toile  gendarme tu  perverti  ton  corps  et  l’expose car  bientôt tu  trahiras  des secrets.

Moyens à disposition  pour  la  riposte

Ne pas avoir  de stratégie  est  une  stratégie. Quand tu  es face  au  devoir  et  que  tu es  dépourvu de  moyens tu  feras en  sorte de  trouver les moyens. Déjà  au cœur  de l’instance  que  nous  avons  tenu, il y a  eu des  efforts et  nous comptons  écrire à la hiérarchie  dans  l’espoir  qu’ils  appuieront .

PARTAGER