La prostitution se propage de manière exponentielle en Afrique
La prostitution se propage de manière exponentielle en Afrique

La prostitution, plus vieux métier du  monde a  décidément  la  vie  dure  comme  un  phénix, y compris  dans des  lieux  autrefois  réputés  pour  leur  sagesse  comme Labé. Cependant, si le phénomène est un secret  de  polichinelle, Fodé Ismail Camara, directeur  régional du Tourisme soutient  que  la  pratique  est aveugle en Guinée, c’est  à dire  ni  autorisée encore  mois  interdite, augmentant  qu’il  n’y a  aucun lieu spécifiquement dédié à cette  pratique  à Labé.

« Ça dépend  de  la  culture  des  endroits, donc à Labé, ici je  n’ai  jamais  rencontré un  lieu  de  prostitution, ça  peut se  faire  dans  les  maquis ou  les  grands hôtels, à Conakry, il y a des  lieux de  prostituées, on  les  appelle  les  filles  libres, dans  les  pays, les  plus  développés, elles  ont  leur  badge et  leur carnet de  vaccination. »

Fatoumata Diallo est  paire  éducateur au  compte  de  childfund qui  œuvre  dans  la  prise  en  charge  sanitaire  des  professionnelle du  sexe dans  le cadre  de  la  lutte contre  les maladies  vénériennes :

« Chez nous à Labé, c’est surtout dans  la discrétion, on  ne  peut  les  rencontrer  qu’à leur  lieu  de travail et il est difficile  de les  approcher…

Dans autres endroits, il  y a des  travailleuses du  sexe qui officient  en  catimini alors que  si  on  sait  pas où les localiser, il  est  difficile de les prendre en charge. »

Pour l’heure, dans les statistiques  nationales, en terme de séroprévalence  au VIH/SIDA, les professionnelles  du sexe  sont  l’une  des  catégories  les  plus à risque de propagation  des  maladies  vénériennes.

Ousmane K. Tounkara