Kaporo rails : la maison de la mère du député Saikou Yaya Barry détruite par des bulldozers

L'Honorable Saikou Yaya Barry à Kaporo rails-Kipé2 devant la maison de sa mère devant être détruite par les bulldozers
L'Honorable Saikou Yaya Barry à Kaporo rails-Kipé2 devant la maison de sa mère devant être détruite par les bulldozers

A Conakry, l’opération de déguerpissement se poursuit dans la commune de Ratoma. Après le quartier Kaporo-rails, c’est celui de Kipé 2 qui rentre dans la danse ce mardi 12 mars 2019. Des citoyens de cette localité sont obligés de quitter les lieux comme l’a fait leurs prédécesseurs de Kaporo-rails dans des conditions déplorables.

Parmi les victimes il y a la famille du député de l’Union des Forces Républicaines (UFR), Saikou Yaya Barry, actuel secrétaire national de l’UFR de Sidya Touré.

Interrogé par notre rédaction devant la cour de sa mère, au quartier en cours de déguerpissement dont il est venu secourir, le député a donné des explications décevantes de la part de l’Etat.

« On m’a appelé, c’est la maison que mon père en tant qu’ingénieur de télécom a pu avoir durant toute sa vie. Arrivée de Moscou après quelques travaux en Allemagne, il est revenu en Guinée. Il a été arrêté mis en prison au camp Boiro. Sorti de là, il a travaillé de 1972 en 1999. Il a été à la fin membre du CNC. Durant toute sa vie, il n’a pas magouillé. Il a cherché à construire une maison. A sa mort d’ailleurs, il n’avait pas terminé. C’est moi et quelques frères qui avons finalisé. C’est dans cette maison que notre maman se trouve. Tous les documents légaux sont avec nous. C’est l’Etat qui a octroyé le terrain à mon père qui était fonctionnaire d’Etat. C’est cette maison, aujourd’hui que la force du pouvoir est en train de détruire. Des personnes qui n’ont jamais construit une maison dans leur vie sont en train de détruire les maisons des gens. C’est facile de détruire mais construire, c’est difficile », a-t-il indiqué.

Dans cette zone de Kipé 2, il y a des autochtones. A côté de ça, selon notre interlocuteur, l’Etat a donné légalement des terres à quelques fonctionnaires, « si vous regardez ici, il n’ y a que des vieux fonctionnaires de l’Etat en retraite qui sont dans cette zone-là. Nous regardons cela avec impuissance mais le plus puissant c’est Dieu. Chacun sera récompensé dans ses œuvres sur cette terre. Je suis là pour aider ma famille à prendre les bagages et aller rester chez moi en attendant de trouver mieux », a ajouté honorable Saikou Yaya BARRY.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34