Quartier  des plus  urbains  de  la commue urbaine  de  Labé, Mairie  est au bord  d’une  implosion alimentée  par  une  opposition  entre  le  responsable  du  quartier  et  certains  de ses  jeunes  qui  prétendent  agir au  nom de  toute  la population  silencieuse  du  quartier.

Mohamed Seck et IbrahimaSory Kanté porteurs des  revendications  du  quartier affichent d’abord  la volonté  de  voir  la Mairie  se  faire  doter d’un  bureau normal comme  partout  ailleurs et  de  mettre  fin à 12 ans d’intérim  dont  Plus  de  6 secondes  main.

Les  autres  motifs  invoqués pour  le  départ de  l’actuel  chairman  du  conseil  de  quartier sont :

Détournements des  fonds faits  au  quartier, gestion  opaque des deniers  communs, banalisation du  certificat de  résidence  que  le  président  du  conseil  vendrait  à tout  requérant  qu’il  soit ou  non  du quartier.

En réponse à ces  charges, Ndiaye Dardaye a  estimé  que sa  légitimité  ne fait  aucun doute si  sur  une  population d’environ 8000 habitants  seuls trois  jeunes  sont  debout  pour  le  déloger avant  de  contre-attaquer  en  disant que ces  jeunes dont  il  est  question sont  des  oisifs qui  écument  leurs  journées  autour  du  thé et  vivent  encore  au  crochet de  leurs  parents.

Touchés  par  l’allusion, les  jeunes  plus que  jamais  décidés à obtenir  le  départ  du  sieur  ont  estimé  que  le  responsable  pouvait  ainsi  parler  car ils ont  affiché  autant  de  passivité devant  ses  incartades toutes  ces  années  avant de préciser  que  la  commune  doit  prendre  ses  responsabilités pendant qu’il  est encore  temps au  risque  d’avoir  à gérer des  conséquences regrettables  plus tard.

Ndiaye Dardaye désormais  en  désamour avec sa  jeunesse compte  aussi  sur  la  victoire  écrasante  de  l’UFDG pour  espérer  se  maintenir, lui  qui  n’hésite  pas  à se  targuer  d’être  un soutien  inconditionnel  au  grand  parti  local .

Au constat Maire n’a pas connu un réel   lifting dans le  sens  du  développement amorcé  dans  certains  quartiers hormis l’installation  d’une  partie  des  institutions  bancaires et  de  deux  radios, l’image de  mairie  est  celle  d’un  quartier  où le bois  de construction est vendu jusque  dans la  chaussée.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com

PARTAGER