Des pneus lors d'une violente manifestation à Labé
Des pneus lors d'une violente manifestation à Labé

De bonne heure déjà, des barricades étaient érigées dans presque tous les carrefours et axes routiers aux quatre coins de la ville. Sur place des jeunes armés de bâtons ou de lance-pierres veillaient en maitres de la rue comme au pont Pounthioun où surexcités un jeune a confié à notre rédaction à 7 h 15 ce lundi :

« Nous espérons que le FNDC ira jusqu’au bout car nous sommes fatigués d’aller une fois en manifestation et de devoir ralentir une autrefois, s’ils savent que c’est pour aller jusqu’au bout nous sommes d’accord… »

La paralysie est de mise au centre-ville où magasins et boutiques sont restées fermées à l’exception du marché aux légumes.

Chez les administrateurs la mairie était fermée et surveillée par un agent de la garde communale, le maire sur une moto a été vu faisant une ronde. Préfecture et gouvernorat était ouverts mais les véhicules de commandants étaient à l’abri des yeux indiscrets.

Le tribunal était fermé le matin et a reçu la visite de jeunes en colère, un pan du mur situé côté façade principal a été décimé et les véhicules parfois en rade depuis des années à des fins d’enquête judiciaires ont été calcinés.

Une nouvelle fois, le gouverneur de région a requis les services de l’armée, flanquée de deux pick up pleins de militaires armés mais sans chargeurs, il a sillonné une partie de la zone administrative et des militaires de son entourage ont tiré trois coups de sommation. Entre la poste et l’hôpital, manifestants et forces de l‘ordre se sont livrés à une vraie guerre de projectiles gaz contre pierres.

Les forces de l’ordre, visiblement incommodés par la présence des la presse leur a intimé l’ordre de bouger en leur traitant d’escroc.

A la gare routière de Kouroula non loin, un débit d’alcool a été pris à parti au motif qu’un policier s’y est refugié et en un tour de bras le contenu de la buvette a été mis dehors et arraché par des jeunes surexcités.

Peu après mdi, un autre groupe se rapprochait du lieu de réunion de la mouvance présidentielle à Konkola  mais ce groupe a été  dispersé par des agents des forces de l’ordre .

Ousmane K. Tounkara