orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Guinée : rétrospective sur des faits marquant le monde médiatique courant l’année 2020

Parmi les événements majeurs de l’année 2020, on a aussi les faits marquants sur les médias et de la nouvelle technologie de l’information et de la communication. A ce niveau, nous avons la violation de la liberté de la presse, la mise en place d’une nouvelle HAC, suspension et autres décisions prises par cette institution en charge de contrôler les médias etc….

L’affaire a fait de grand bruit au sein de l’opinion et a pris une tournure judiciaire. En effet, le 16 décembre dernier le tribunal de Première Instance de Kaloum a ouvert le procès des trois journalistes poursuivis pour diffamation par la ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Zéinab Nabaya Dramé, accusée d’un présumé détournement de 200 milliards de francs guinéens.

Ont comparu devant la barre, Youssouf Boundou Sylla du site guinéeenews.org, Moussa Moïse Sylla, inquisiteur.net et Ibrahima Sory Traoré de Guiee7.com.

 

Face à cette situation qui vise à étouffer l’affaire qui a fait couler des salives dans la cité, les Associations de presse, notamment l’AGUIPEL, URTELGUI, AGEPI, REMIGUI, UPLG n’ont pas retardé de bondir sur le sujet pour exprimer leur soutien à leurs confrères. Avant l’ouverture du procès, ils ont fait une déclaration commune où ils ont exprimé leur détermination à soutenir les trois journalistes interpellés. Par la même occasion, ils n’ont pas manqué de condamner la procédure avec laquelle ces hommes de médias ont été convoqués. Pour eux, c’est à l’encontre de la loi.

 

En marge de la présidentielle du 18 octobre dernier, le site d’information guineematin.com a été lourdement suspendu par la Haute autorité de la communication pour avoir publié en direct le dépouillement des résultats d’un bureau de vote à Conakry. Face à cette décision, les hommes de droit n’ont pas manqué de critiquer cette affaire tout en apportant des précisions, c’est le cas Me Pépé Antoine Lamah, avocat qui selon lui, « Le code électoral permet la publication, l’affichage des résultats après les opérations de dépouillement ».

 

Dans le cadre de la couverture médiatique de la présidentielle du 18 octobre. Une synergie des radios a été mise en place. Une action qui visait à relayer les informations en temps réel dans les différents bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire national.

A LIRE =>  Haïti: Jovenel Moïse président  de la République assassiné 

 

Ce scrutin présidentiel a causé la coupure d’internet. La connexion a été coupée dans le pays pour empêcher les citoyens de s’aventurer dans les propos d’incitation à la haine et aux violences sur les réseaux sociaux. C’est une décision qui a frappé tous les utilisateurs d’internet pour d’autres besoins. Il s’agit notamment des médias en ligne, des blogueurs et du secteur des banques. Ces acteurs ont vu leurs activités économiques se réduire au jour au jour.

 

Pour avoir été désormais patron d’un média de la place, le président du Syndicat de la Presse Privée de Guinée (SPPG) a décidé de démissionner à la tête de cette structure Syndicale. Sidi Diallo a passé le témoin à Diaraye Guirassy le 17 novembre 2020 qui était jusque-là son adjointe.

 

L’un des événements le plus marquant de l’année, c’est aussi le départ massif des journalistes dans différents médias du pays. L’arrivée du Groupe Djoma média dans l’espace médiatique a failli créer le KO dans certains médias de la place. Pendant des semaines, plusieurs cas de démissions ont été enregistrés dans certaines entreprises de presse courant septembre 2020.

 

Une réalité qui a aussi impacté le groupe Dabo média, situé dans la région de la haute Guinée. A Kankan et Siguiri, ce média a vu sept de ses journalistes démissionner au profil de Djoma média le 28 octobre dernier.

 

Rémi ménage au sein l’institution en charge du contrôle des médias en Guinée. Boubacar Yacine est depuis le 25 août 2020, le président de la Haute Autorité de la Communication suite à un décret présidentiel publié sur les ondes de RTG. Ce décret est intervenu au lendemain de la nomination des 13 membres de la HAC.

 

Un ouf de soulagement pour les patrons de presse.  En mai dernier, l’Etat guinéen a décidé de baisser considérablement les redevances annuelles des médias audiovisuels. Désormais, une radio communautaire paye 5 millions de francs guinéens au lieu de 10 millions, une radio commerciale 7.500.000 de francs guinéens au lieu de 20 millions, 15 millions de francs guinéens au lieu de 50 millions pour une télévision communautaire. Même montant pour une télévision commerciale.

A LIRE =>  Me Salifou Béa Béavogui dénonce la lenteur du dossier Ousmane Gaoual et Cie : "la détention provisoire commence à être exagérée"

Longtemps attendu par l’opinion, le droit d’accès à l’information publique a été enfin adopté par 92 des 114 députés qui ont participé à la plénière du 18 novembre 2020. Ils avaient pour mission de débattre et adopter plusieurs textes de loi dont celui intitulé « Loi d’accès à l’information publique ».

 

Les promesses non réalisées depuis 2016 d’Alpha Condé ont été la une sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, twitter etc… l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI) a publié le 12 octobre 2020, le rapport global de sa plateforme Lahidi, qui suit et évalue le niveau de réalisation des promesses du président Alpha Condé et de son gouvernement. Dans ce rapport, seulement 13% des engagements pris par les autorités actuelles ont été entièrement réalisés.

 

L’année 2020, c’est aussi la nomination des meilleures sociétés de téléphonie mobile en Guinée. C’est Orange qui offre la meilleure qualité de service sur la 3G tandis que MTN domine la 2G. (Agence Ecofin) – L’opérateur Orange est leader sur la 3G et MTN l’est sur la 2G. Cellcom reste à la 3e place sur les 2 technologies, a publié l’ARPT le 18 septembre 2020.

Avec l’arrivée de la pandémie Covid-19, découverte en mars 2020, le monde médiatique a été impacté. Plusieurs journalistes ont contracté la maladie. Des patrons de presse ont réduit leurs personnels en collant leurs travailleurs des congés techniques, y compris la suspension de certaines émissions.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie Covid-19, un maladie qui a fait des ravages à travers le monde, l’association des journalistes scientifiques de Guinée (AJSG) a organisé, avec l’appui de la Fondation Hirondelle, une formation de 3 jours sur la réalisation de vidéos avec smartphone pour 18 journalistes guinéens. Du 27 au 29 novembre 2020, ces journalistes ont été outillés des programmes mis en œuvre pour soutenir les médias et journalistes africains à fragilisation engendrée par la pandémie Covid-19.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »