La vente  des vignettes, si elle a connu des changements avec l’implication de certaines institutions bancaires n’en pose pas moins de problèmes car bien de clients se plaignent d’arnaque ou de rackets sans compter que l’accueil n’y ait pas toujours des  plus chaleureux avec des agents qui parlent mal aux clients.

Ayant vécu les faits Mohamed Samoura a bien voulu prendre notre rédaction à témoin :

<<j’ai vu la grille que je sache c’est la puissance de l’engin qu’on facture il est dit qu’au delà de 12 chevaux le prix c’est 300 000,je me rends à UBA l’agent trouvée une femme m’a réclamé 300000 pour un véhicule de 12 chevaux au motif que c’est un RAV 4 elle m’a balancé vous payez ou vous partez….>>

Mohamed Samoura semble même avoir eu plus de veine car pour un engin de la même puissance un autre citoyen nous a affirmé avoir déboursé 100000 de plus soit le montant de 400000 tout en regrettant le fait que l’État brille par son absence devant le calvaire au quotidien des usagers de la route.

Les clients mécontents ont interpellé l’autorité préfectorale a usé de ses prérogatives pour faire respecter aux services des impôts leur cahier de charge.

Du côté de UBA sans vouloir commenter a estimé être dans les attributions qui lui sont dévolues tout en estimant que pour toute réaction un ordre de la maison mère est nécessaire.

Ousmane Koumanthio Tounkara

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here