Rate this post

Les musulmans de Guinée célèbrent à l’instar des autres communautés musulmanes du monde la fête d’Aid-El-Kebir autrement appelée fête de tabaski vendredi 1er septembre 2017. A Conakry, le prix d’un mouton dans les marchés de bétail est inabordable selon certains citoyens. Ça se négocie à partir d’un million jusqu’à 2.000.000 de franc guinéen.

L’islam recommande à tout musulman qui a les moyens d’immoler un mouton pour la célébration de cette fête communément connue sous le nom fête des moutons.

Une promenade dans les marchés de bétail, nous a permis de constater une présence massive les clients malgré la cherté du prix des moutons.

Une fois sur les lieux c’est des discussions sur le prix entre clients et vendeurs qu’on a constaté. Sans poser de question d’abord, on a vu deux personnes qui discutaient sur le prix d’un mouton au bétail de liberté, commune de Dixinn. « Mon ami, ce mouton est à combien ? C’est 1.600.000 fg à discuter (à négocier, ndlr). Mais c’est trop chère ça, tu le laisse à combien ? Toi tu veux payer combien, il faut me le laisser à 850.000 fg, ça ne gagne pas, je le vends dernier à 1.400.000 fg si tu n’a pas ça je suis désolé client »

Poursuivant notre enquête, un monsieur nous a laissé entendre que ça c’est vraiment grave, les prix sont exorbitants, l’Etat devrait faire face à cela, pour qu’au moins ceux qui n’ont pas assez de moyens puisse en bénéficier en fixant un pris abordable sur le plan national. Parce que ça c’est un sacrifice. « Moi j’étais venu acheter un mouton, mais avec ce prix là, je ne pense pas si c’est possible. Parce je n’ai que 900.000 fg et on me dit que je ne peux pas avoir un mouton à ce prix là. Les moutons de 900.000 fg qu’on me montre, c’est des petits moutons qui ne valent rien. Donc là, je rentre à la maison, peut être si je gagne un peu d’ici le soir, je vais revenir », a indiqué Thierno Oumar Barry, commerçant au grand marché de Madina.

Plus loin, à l’enclos de Dixinn gare, un autre client a déploré cette cherté de mouton et il pense que c’est de l’arnaque de la part des vendeurs qui ne pensent qu’avoir plus d’intérêt à travers leurs marchandises. « Le prix ne fait qu’augmenter du jour au lendemain. Parce moi, j’ai remarqué quand j’ai demandé il y a trois semaines de cela, c’était entre 900.000 et 1.500.000 fg. Je viens aujourd’hui, on me dit que c’est d’1.000.000 fg jusqu’à 2.000.000. Je viens d’acheter ce mouton à 1.750.000 fg et ça aussi difficilement. Les gens là, n’ont qu’à arrêté de nous arnaquer nous les pauvre citoyens », s’est plaint Cheick Ahmed Touré, ingénieur.

Malgré les reproches des clients, les vendeurs de moutons se défendent en indiquant que ce n’est pas de leur faute, si le prix augmente. Eux aussi ils payent chère les moutons à l’approche des fêtes avec les grossistes en plus le dédouanement au niveau des barrages, ils sont beaucoup taxés. « Ce n’est pas de notre faute si le prix a augmenté. Ce que vous-allez comprendre, nous aussi on paye les moutons là chère à l’approche des fêtes. Donc on est obligé de vendre comme ça pour avoir d’intérêt même si c’est un peu. Et puis on nous fatigue beaucoup au niveau des barrages, dès fois, on peut dépenser fatigué en cours de route avant d’arriver à Conakry », a expliqué Aboubacar Kindy Diallo, vendeur de bélier.

Cette hausse oblige certains clients à repartir à la maison sans mouton dans l’espoir de revenir après avoir complété l’argent ou attendre l’année prochaine.

Ibrahima Sory Barry pour Aminata.com

Tel : (+224) 654-79-50-63

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here