Alpha Condé, président de la République de Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée

‘’ Je n’ignore pas les difficultés…Je prendrai toutes les mesures souhaitées par la majorité silencieuse de nos compatriotes’’

On souhaitait tous l’entendre. Son mot avait tout son pesant d’or et le Chef de l’État a, au cours de son adresse à la nation, d’une durée de 6 minutes 45 secondes, affirmé avoir entendu l’appel de la majorité silencieuse.
Avec un style bien raffiné et d’une grande sensibilité, le Chef de l’État dépeint la situation dans son pays. Selon lui, tout est priorité, tout est urgence !

Malgré les nombreuses réalisations faites, le Président dit être conscient de la demande sociale qui va sans cesse en crescendo. Et il semble comprendre les préoccupations de tous et de chacun.

Que retenir d’essentiels dans cette adresse à la nation ?
Premièrement, le chef de l’État fait un mea-culpa et annonce de grandes mesures. C’est entre autre : La lutte contre la gabegie financière, la lutte contre la corruption et l’impunité.
Il réitère également, que malgré l’enlisement de la crise dans le secteur de l’éducation, notre pays fait face à des besoins considérables et pour des ressources limitées. C’est franc et sincère de sa part !

Deuxième enseignement, le Chef de l’État dit regretter tous les cas de violence et de victimes dans notre pays. Qu’ils soient des victimes postélectorales ou des victimes de violence d’autre genre, il fait montre d’indignation en ces termes : ’’ Je voudrais dire à toutes les familles endeuillées qu’elles ne seront pas seules. L’Etat sera toujours à leurs côtés pour leur assuré sa compassion, son soutien et sa solidarité ».

Troisième enseignement, face aux nombreuses crises qui secouent le pays, le Président lance un appel au calme, à l’union sacrée et à la solidarité entre tous les enfants du pays pour pouvoir répondre aux multiples défis qui s’imposent à notre époque. Pour lui, « Notre pays est en marche vers le progrès à condition que notre stabilité sociale ne soit pas menacée par des crises sociales à répétition et des conflits politiques permanents ».

Et enfin, quatrième enseignement, le Pr. Alpha Condé annonce qu’il va s’impliquer en personne, pour encourager un dialogue direct et franc avec toutes les forces vives de la nation pour parvenir à un large consensus sur des questions de grands intérêts. Ce qui est un désaveu désormais pour son gouvernement. En d’autre, cela sous entend que des mesures importantes pour renvoyer son gouvernement sont d’une grande imminence. Faut-il y croire ? Les jours à venir nous édifierons !

Pour des réponses rapides à la demande sociale et politique, le Président de la République lance un appel au sursaut national en plaçant l’intérêt du pays au dessus de tout, en œuvrant pour la stabilité durable.

Le message est franc et le contenu est sans ambiguïté. L’opportunité du discours est d’une extrême importance, car, le Président Alpha Condé a écouté les cris de cœur de ses compatriotes et rassure à cette même occasion, que la mort n’est pas immédiate. Qu’il est encore là, malgré son long silence condamnable et l’inertie de son gouvernement dans la crise syndicale qui secoue le secteur de l’éducation nationale depuis près d’un mois.
Et il faut retenir en conclusion, que la seule alternative possible et disponible pour résoudre la crise de l’éducation, c’est le dialogue rien que le dialogue en faisant confiance au Chef de l’État et de ses représentants.

Le Chef de l’État a la volonté de résoudre la crise mais avec des marges de manoeuvres très réduites liées à des limites financières.
La messe est dite et tous les regards sont désormais tournés vers le SLECG!
À bon entendeur, salut!

Par Habib Marouane Camara
Journaliste et Analyste Politique

PARTAGER