orange guinee guicopres uba guinee votre
Les cascades de Soumba dans la commune rurale de Khorira à Dubreka
Les cascades de Soumba dans la commune rurale de Khorira à Dubreka

Dubreka : l’ONUDI et le ministère de l’énergie s’activent pour la construction d’un barrage hydroélectrique à Soumba

Le gouvernement guinéen à travers le ministère de l’énergie et de l’hydraulique en partenariat avec l’organisation des nations unies pour le développement industriel (ONUDI) multiplie les efforts pour les études de faisabilité d’un barrage hydroélectrique aux cascades de Soumba dans la commune rurale de Khorira, préfecture de Dubreka en basse Guinée.

La deuxième phase des études ont eu lieu du jeudi 13 au samedi 15 septembre 2018.

Interrogé sur place par notre reporter, Joseph Kenfack enseignant chercheur, ingénieur, Expert en géo électricité de l’ONUDI et formateur a dit que son institution s’occupe d’un plan du projet qui consiste à renforcer les capacités des ingénieurs guinéens.

« Nous sommes là dans la continuation de travaux que nous avons commencé au mois de mars dernier qui s’intègre dans le cadre du partenariat entre notre institution et la République de Guinée. Nous nous occupons d’un plan du projet qui consiste à renforcer les capacités des ingénieurs guinéens dans les études de faisabilité de petites centrales hydroélectriques afin de pouvoir contribuer au développement du grand potentiel hydroélectrique que la Guinée possède », a entamé l’expert de l’ONUDI.

Et Monsieur Joseph de poursuivre : « Pour la première phase, 50 avaient été formés. Pour cette fois-ci, ils sont au nombre de 25. Ce sont des ingénieurs qui viennent de plusieurs spécialités: des hydroliciens, des énergéticiens, des génies civiles etc. Ce qui est conforme à l’hydroélectricité parce que c’est un domaine pluridisciplinaire. Nous sommes à une phase d’acquisition d’information sur le terrain. On mène un certain nombre d’activités qui entrent dans les informations préalables aux études de ce genre: mesure de la profondeur de l’eau, la topographie sur le terrain, l’évaluation des besoins des villages environnants. Pour ce genre de projet, il faut savoir le profil de la demande des localités pour concevoir un réseau qui pourra les alimenter. Nous travaillons aussi sur le schéma de l’aménagement. On fera en sorte que l’on garde le site naturel tout en produisant de l’électricité. Nous faisons en sorte que les ingénieurs que nous formons puissent accompagner ce genre de projet. Et surtout d’initier beaucoup d’autres projets à l’intérieur du pays parce qu’il y a beaucoup de sites de ce genre, il suffit juste de les valoriser ».

Selon lui, après les études, ils vont sortir un premier rapport et il faudra continuer à travailler dans ce sens.

Pour ce qui est de la suite du projet, il a fait savoir que ça sera décidé par l’ONUDI et les autorités guinéennes.

Mohamed Mankouna Yattara ingénieur en service au ministère de l’énergie et de l’hydraulique et participant s’est réjoui du déroulement des activités sur le terrain.

« Cette formation que nous suivons consiste à faire des études pour la projection d’une mini centrale hydroélectrique au niveau de Soumba. Ça consiste à faire tous les travaux nécessaires pour la mise en place du projet. La première partie consistait à faire une étude hydrometrique, une étude topographique, étude de demande électronique. Maintenant, nous sommes sur le terrain pour essayer de mettre tout ça en application afin de sortir une étude propre pour la mise en place du projet », a-t-il expliqué.

NFanly Yombouno chef de la division des énergies renouvelables au ministère de l’énergie et de l’hydraulique, chargé de la promotion et du développement de la petite hydroélectricité a précisé que ces 25 ingénieurs qui participent à ces cours pratiques pour la mise en place d’un site hydroélectrique ont été recrutés par son département.

« Cette étude comprend les études socioéconomiques pour évaluer les besoins des ménages. On mesure le débit du cours d’eau pour déterminer ses capacités. Nous mesurons la hauteur des eaux, la vitesse de l’eau afin de déterminer sa puissance. Comme c’est un cours d’eau qui n’est pas régulier, c’est difficile de connaître ses capacités. Le projet sera financé par l’État guinéen, l’ONUDI est là pour le renforcement des capacités », a-t-il indiqué.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »