Rate this post

Après la décapitation de la vieille Diouhé Bhoye Diallo,le 25 août dernier,la colère jusque là contenue de certains de ses proches a éclaté au grand jour le dimanche 3 septembre pendant même que trous hommes sont aux arrêts pour présomption de commission de cet odieux acte.

C’est une horde de femmes venue de Hollande le berceau de naissance de la défunte qui a déferlé sur le lieu mortuaire mettant le feu aux biens des présumés auteur du crime.

Sous le choc, un habitant des lieux a ainsi témoigné :

<<tout le monde a peur,certains vieux sont même allés se réfugier dans les villages voisins…. On envisageait de faire une marche pacifique pour marquer notre désaccord avec les auteurs de la décapitation de la vieille mais les autorités ont refusé d’abord, à nitre surprise ces représailles sont arrivées…>>

Sous le coup d’une émotion similaire Elhadj Ndiaye chef du district a renchérit:

<<nous étions sur la lecture du Coran pour le repos de l’âme de la défunte, c’est là qu’on m’a annoncé la furie des femmes de Hollande venues incendier la maison du présumé auteur du crime.Il étaient trois suspects aux arrêts, Alpha,son fils et Aliou.>>

La mort dans l’âme, le sous préfet Ali Konaté qui avait cru désamorcer les tensions ne revient pas de cette barbarie perpétrée par ces citoyens.

Une accalmie dans le pillage avait été enregistré a l’arrivée des forces de police mais peu après les choses ont pris une folle et allure et tous ce des biens qui avaient réchappé au premier pillage subirent la loi de la vendetta des visiteuses.

Il faut noter que pas un des enfants de la défunte venus porter le deuil de leur mère n’a pris part au pillage.

                               Ousmane K. Tounkara

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here