Depuis le début de la grève le 13 novembre dernier les réactions se multiplient au niveau les acteurs socio-économiques de notre pays. Ce matin dans l’émission les grandes gueules de la radio Espace, Dr. Makalé Traoré affirme être déçue de la gestion du président de la République.

Pour commencer l’ex directrice de compagne du chef de l’Etat affirme: «Je suis déçue parce que le professeur Alpha Condé a deux problèmes le premier c’est son téléphone. N’importe qui peut l’appelé importe quand pour lui dire n’importe quoi sur n’importe qui. Comme son caractère c’est de réagir tout de suite il réagit et ça c’est un problème. La deuxième chose que je voudrais relever c’est l’exercice solitaire du pouvoir il décide de tout, tout seul il sait tout et ça ce n’est pas bien pour un président de la République».

Par rapport à la grève elle témoigne que les enseignants vivent dans des conditions pénibles. «Je suis enseignante, je connais les problèmes des enseignants c’est vraiment une couche des plus défavorisées. J’ai pu enseigner dix ans gratuitement dans nos universités, c’est parce que j’étais dans le privé. Mais je vous assure que les enseignants sont pauvres»

Makalé Traoré dit ne pas comprendre l’attitude du gouvernement sur la gestion de cette crise. «Je suis dans l’absolu contre les grèves je ne souhaite pas parce que  notre pays a tellement des problèmes qu’il faut les éviter. Mais je ne comprends pas pourquoi le gouvernement ait renoncé d’emblée à discuter. Il faut que le dialogue  s’instaure dans notre pratique de gouvernance. Quand vous ne parlez pas vous faites la guerre et quand vous parlez vous faites la paix. Quant on voit les conséquences de tout ça si on est responsable on peut ne pas en avoir le cœur séré des morts, des jours de formation perdue. Si j’ai des mots forts à dire ici c’est le dialogue il faut que le gouvernement puisse appeler les enseignants».

En reconnaissant les efforts que fournis les enseignants elle regrette du fait qu’on oublie vite les personnes qui nous ont formé. «Vous savez, ce sont ces enseignants qui se donnent jour et nuit pour former nos enfants. Mais c’est des gens de peu ils ont très peu. Il y a peu des gens qui se souviennent de leurs professeurs qui les ont enseignés, ils sont resté en bas et nous nous sommes montés. Les gouverneurs, les préfets on été formés par ces enseignants. Je suis solidaires des enseignants mais je dis encore une fois il faut mettre fin à cette grève qui fait mal à notre pays.

Sur le fait qu’on qualifie la grève de sauvage Makalé soutient qu’ils appartiennent «qu’aux juges de dire qu’une grève est sauvage ou pas. Ce n’est pas à l’administration de qualifier une grève. Mais sauvage ou pas on voit les conséquences sur le terrain».

Lamarana Diallo

+224 623 27 55 45

PARTAGER