9 ans après sa mort : Dadis Camara fait de révélations sur le Général Baïlo Diallo [Audio]

Moussa Dadis Camara, ancien président de la République
Moussa Dadis Camara, ancien président de la République

Connu pour son courage, sa bravoure et sa connaissance sur les stratégies militaires, le Général Baïlo Diallo a été l’un des meilleurs et les plus respectés que l’armée guinéenne a connus. Hier, dimanche 16 septembre 2018, c’était le neuvième anniversaire de son rappel à Dieu, le 16 septembre 2009. 

A l’époque, le capitaine Moussa Dadis Camara tenait les rênes du pays. Un journaliste d’Aminata.com a recueilli son témoignage et ses souvenirs sur ce soldat qui a affecté toute sa vie à la défense du territoire national. Dans ce bref entretien, Moussa Dadis Camara rend un vibrant hommage à ce militaire aguerri qu’il considère comme son père adoptif. Pour l’ancien président, le Général Bailo Diallo a déjoué divers complots visant sa personne. Lisez les révélations croustillantes de l’ancien homme fort de Conakry.

C’était vraiment un père à moi. Il a été un grand homme, un grand guerrier, un homme loyal qui a défendu toutes les valeurs de l’armée guinéenne. Je ne pourrai jamais l’oublier de ma vie. Il n’aimait jamais l’injustice malgré toutes les tractations, à un moment donné que certains généraux faisaient contre moi pour me faire du mal, il [Général Baïlo] n’a jamais accepté de le faire. Il ne connaissait pas l’ethnie. Il ne connaissait pas Peulh, Malinké, Forestier et Soussou, ce n’était pas son problème. Il m’a marqué dans ma vie.

Le Général Bailo avec son fils Dr. Mouctar Diallo
Le Général Bailo avec son fils Dr. Mouctar Diallo

Il a été un grand homme, un vaillant combattant qui a été très fidèle aussi au général Lansana Conté. Il a défendu l’armée guinéenne. Même les multiples rébellions qui se sont passées, n’eût été cet homme je crois que la Guinée allait être sous l’emprise je ne sais quoi mais on n’allait pas sans sortir. Il fallait un homme comme ça pour neutraliser les ennemis de la Guinée. Voilà le souvenir que je retiens de ce grand homme. Je ne peux pas dire plus que ça. Il me prenait comme son fils adoptif. Il n’aimait jamais l’injustice. Quand il y avait l’injustice, sa réaction était inattendue. Je rappelle même quand il a rendu l’âme, j’étais aux affaires, j’étais l’un des premiers à aller je crois à la clinique Pasteur. J’étais l’un des premiers à voir son corps.

Quand j’ai vu le corps je suis allé au camp Samory tenir un rassemblement pour annoncer à l’armée guinéenne le décès du général Bailo. On lui a rendu tous les honneurs. Il a été l’un de nos grands formateurs. Aujourd’hui, cette génération qui gère l’armée à commencer par moi et même mes collègues qui sont dans l’armée et qui sont maintenant des généraux. Le Général Baïlo a été le directeur de centre de formation du camp. Je ne fais que demander à Dieu de le recevoir dans son paradis et protéger sa famille pour qu’elle puisse prendre le bon chemin qu’il a déjà entrepris avec les Guinéens“.

Entretien réalisé par Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com

alphanyla@gmail.com

+224 628 38 98 39