Il s’appelait Badara Dioubaté. Né en 1975 à Conakry, il n’est plus de ce monde. Qu’à cela ne tienne. Pour une question de reconnaissance et d’honneur, l’université de Reims a décidé d’immortaliser le nom du défunt. Désormais, une salle de l’université porte  le nom de Badara Dioubaté. L’amphithéâtre a été inauguré récemment en présence de l’ambassadeur de Guinée en France. Pour Amara Camara qui, malgré son calendrier chargé, a tenu à prendre part personnellement à la cérémonie de baptême ayant honoré le défunt, c’est un grand honneur pour la Guinée.

La Guinée, à travers notre regretté Badara Dioubaté, a été honoré par le baptême d’une salle : la salle polyvalente, la salle des thèses. Docteur Dioubaté a été apprécié. C’était émouvant. C’est en présence de sa mère, de ses amis, ses collègues, des professeurs et du président de l’ Université. En tant que représentant de la Guinée, je ne pouvais pas être absent. Surtout, en ma connaissance, c’est le premier guinéen dont le nom sera affiché sera affiché devant une salle de recherche d’une université française. C’est une fierté, je l’ai éprouvée. Sachez aussi, que tous les étudiants guinéens de Reims ont ce préjugé favorable. Badara Dioubaté a été brillant, correct et d’une grande intégrité. C’est un grand honneur pour nous. Il a été brillant tout au long de ses études. Et, il en a tellement bien fait qu’on avait l’impression qu’il savait qu’il n’allait pas vivre longtemps. Je vous rappelle qu’il bad credit rating payday loans est né en 1975. Il est juste décédé à l’âge de 35 ans.
Il a tout fait. Il a été le conseiller économique du président. Il a fait partie de toutes les équipes qui ont préparé le point d’achèvement.
Mourir jeune, c’est dramatique. Mais, la perte d’un cadre de ce niveau, c’est pire. Sa pauvre mère, qui n’avait que cet enfant là, j’espère que les guinéens ne l’oublieront pas.
Même son de cloche chez l’un de ses anciens professeurs. Il parle de vie exemplaire: “  les études que Badara Dioubaté a poursuivies dans notre faculté et la pratique d’enseignant-chercheur qu’il y a développé lui ont permis  de devenir, quelques années, un intellectuel brillant, expert sur les questions du développement de la gouvernance. Elles l’ont, en même temps, conforté dans sa conviction que son pays, la Guinée, selon les termes qu’il utilisait lui-même, pouvait finir par entrer dans le cercle vertueux de la démocratie, de la bonne gouvernance, du développement économique et du bien-être du peuple..”
Après de brillantes études en Guinée, Badara Dioubaté débarque en France en 1999. Première étape : Metz. Pendant l’année universitaire 1999-2000, il suit des études en ” Entrepreneuriat et développement des PME”, un DESS qu’il ” a brillamment validé” sur place.
A Reims, Badara Dioubaté poursuivra une carrière d’enseignant chercheur. Ce qui fera lui, une figure emblématique à l’ Université de Reims. Comme le prouve la salle qui porte désormais son nom. Pour toujours.
Thierno Diallo Paris, aminata.c
PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here