Libre OpinionLibre Opinion 2Societies & Divers

Quelques pistes de recherche proposées en Caroline du Sud.

Je dois encore réaffirmer que c’est toujours un plaisir pour moi de lire les commentaires du Doyen Amara Touré sous mes publications. Il arrive souvent qu’il m’apporte des éléments de réponse qui me manquent. Le Doyen me demande si je suis au courant de l’une de ses lectures qui dit que le nom Geechee vient du nom d’une rivière de Savannah dans l’État de Georgia.
J’ai eu vent de cette version mais selon ma source et certaines affirmations de Bruce Mouser, la version Golah Kissi est la bonne à mon avis. Sans savoir que je devais aller à Charleston, l’historien Américain Bruce Mouser me parla des razzias systématiques dans le pays Kissi. C’est à Charleston que j’ai appris que les Kissi et les Golah étaient très recherchés à cause de leur savoir dans la culture du riz.
Dans le créole Gullah Geechee, que des anciens se battent pour maintenir, il y a beaucoup de mots des langues Africaines même si parfois ils ne désignent plus la même. Exemple le Gombo qui est légume, chez les Gullah Geechee, ce mot indique bas-fonds boueux qui arrivait au genou ou même à la taille de l’esclave qui y travaillait.
La seconde question vient du doyen Emmanuel Katty qui me demande si j’ai entendu dire que le riz cultivé en Caroline du Sud provient de Monchon ou du Rio Pongo. Ce qui est certain, le riz est arrivé de l’Afrique de l’Ouest, je n’ai pas fait de recherche dans ce domaine.
Par contre, mon interlocuteur m’a parlé de communauté en Caroline du Nord et à Savannah qui sont originaires du Rio Pongo.
Je n’en avais pas parlé sans document historique. Par contre, j’ai trouvé l’une des explications (il faut être prudent) pour celle de Savannah.
Styles Lightburn, le mari d’Elisabeth Bayle Gomez Alias Nyara Beli de Farinya, venait d’une riche famille de la Caroline du Sud. Un de ses frères avait une grande plantation à Savannah qui n’est pas loin de Charleston et c’est lui qui ravitaillait son frère en esclaves. C’est dans les documents sur les Lightburn. Il y certainement d’autres explications que j’ignore.
Quand je commence une recherche sur un point précis, je rencontre des personnes ou les documents montrent d’autres pistes de recherche. Vous comprenez pourquoi j’ai besoin d’une équipe.
On dit que la Guinée est un scandale géologique, moi je ne suis pas loin de dire que c’est un scandale historique. Pour la petite histoire, chaque fois je dis aux gens que la traite négrière dans le seul Rio Pongo est vingt fois plus que Gorée du Sénégal, j’entends des « Ah bon », « ce n’est pas possible », « tu es sure » etc.
Tout récemment, à Paris, une amie de la fac, métis Sénégalaise, originaire de St Louis, me disait ceci « l’histoire de Gorée est surdimensionnée, c’est une petite pierre. Comme cette histoire rapporte beaucoup, ils ne veulent pas lâcher le morceau. Il y a encore de grande famille Métisse à St Louis du Sénégal qui ne veulent pas l’on salisse St Louis. Il préfèrent que ce soit Gorée »
Les spécialistes le savent que la traite négrière à St Louis est beaucoup plus importante que celle de Gorée.
Pour finir, Sidikiba Keïta a une bonne idée, en demandant à ce que l’on établisse une collaboration avec les Gullah Geechee pour la culture du riz chez nous. Le riz Carolina est bien apprécié en Guinée, pourquoi ne pas importer leur technique de production chez nous.
Photo prise au musée de Charleston. Un Soumah (reconnaissable par le pantalon), pile le riz et un Bangoura supervise. C’était comme cela au Rio Pongo et ils exportèrent cette pratique. Lol
Paul Théa
2
1 partage
J’aime

Commenter
Partager
A LIRE =>  Avis de baptême: naissance d'un garçon sous le toit du journaliste Mamadou Samba Sow
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks