Manifestation du 14 octobre : la PNAPIC exprime son désenchantement

Des membres de la Plateforme Nationale de Participation et d’Initiative Citoyen (PNAPIC)
Des membres de la Plateforme Nationale de Participation et d’Initiative Citoyen (PNAPIC)

La Plateforme Nationale de Participation et d’Initiative Citoyen (PNAPIC) a exprimé samedi 12 octobre 2019 sa position sur la déclaration du FNDC relative à la manifestation de rue programmée le 14 octobre 2019.

La déclaration lue lors d’une conférence de presse par l’un des membres de cette plateforme, Ibrahima Balaya Diallo a indiqué qu’ils attirent l’attention de tous les acteurs politiques et sociaux face aux enjeux qui se dessinent et qui à terme pourraient déstabiliser le vivre ensemble du pays.

« Au-delà des antagonismes et des adversités nous invitons à la sagesse et à la retenue et que triomphent les idées car nous pensons qu’il faut refonder la politique à travers un esprit citoyen et qui dit esprit citoyen dit sauvegarde de la paix sociale de la concorde et de l’unité nationale », a-t-il déclaré.

Poursuivant son intervention, la PNAPIC a dénoncé avec force les discours va-t’en guerre qui ne favorisent ni le dialogue ni la compréhension entre les différents acteurs de la vie sociale et politique de la Guinée.

Par la même occasion, elle a rappelé que la violence surtout dans un contexte social très difficile n’engendrera que désolation et frustration.

« La PNAPIC constate avec amertume qu’il y a une certaine classe politique et sociale qui ne cherchent pas à rassembler et qui s’appuie que sur des éléments de division pensant qu’une situation de chaos leur serait favorable », a souligné M. Diallo.

Plus loin, cette plateforme de la société civile a suggéré à ce que l’état reconnaisse à tous les acteurs politiques et sociaux le droit de manifester ou de ne pas être d’accord avec une quelconque décision mais que tout soit fait dans un esprit républicain.

« La PNAPIC appelle tous les citoyens de tous bords à adopter un comportement républicain et ne pas être dupe que ce n’est pas en usant de la violence qu’on parviendra à abattre un adversaire mais en comprenant ses mécanismes qu’on parviendra à ne pas le subir et cela passe par le dialogue et la discussion », a-t-il souhaité dans sa déclaration.

Avant que cette plateforme ne tienne cette déclaration à la maison de la presse de Conakry, des membres du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDC) ont été arrêtés ce samedi pendant ceux-ci s’apprêtaient à animer conférence de presse sur le même lieu, pour faire le point sur les manifestations du 14 octobre 2019.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34