Le divorce est désormais consommé entre le président de l’Union démocratique de Guinée (UDG) et son ancien mentor. Ce jeudi, Soriba Sorel Camara, numéro deux du parti et 19 autres responsables ont présenté leur démission. Dans le communiqué lu au cours du journal télévisé de la télévision d’Etat, les démissionnaires accusent le Président de l’UDG  de “compromettre dangereusement l’avenir des cadres du parti dans le futur”. 

Contacté par téléphone par nos confrères d’Africalog, l’homme d’affaires voit des agissements des autorités pour déstabiliser son parti. “Il y a la main du pouvoir derrière ce qui vient de se passer. Mais, croyez-moi, je suis serein. J’ai trois  députés en qui j’ai entièrement confiance”, réagit-il. D’après lui, les partants n’étaient “presque pas” des militants. “Ils avaient cessé de fréquenter l’UDG depuis un certain temps. Donc, ce ne sont pas des militants convaincus du parti”, ajoute-t-il.

 

L’homme d’affaires reconverti en politique accuse son ancien mentor d’être “une taupe” du RPG arc-en-ciel au sein de son parti.  Mais, “il ne peut pas débaucher une seule personne de l’UDG”, averti-t-il. Qualifiant le frondeur “d’ingrat”, Mamadou Sylla revendique être le principal architecte de la nomination de Soriba Sorel au poste du secrétaire général du département de l’élevage. Signe du divorce, l’ancien numéro deux de l’UDG, invite tous les responsables et sympathisants du  parti “à rejoindre ses rangs par des démissions formelles”. Dans ces bras de fer qui s’enlisent, seuls les deux autres députés du parti pourront dessiner un vainqueur entre les deux alliés d’hier.

 

Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com
alpha.oumar@aminata.com
+224 666 62 25 24

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here