Le Cinéma Guinéen en Valeur (CGV) très engagé pour révolutionner le paysage cinématographique guinéen a procédé à son tout 1er casting récemment à la Camayenne dans la commune de dixinn.

Cette structure créée au mois de juillet dernier par une dizaine de jeunes opérateurs guinéens, très dynamiques et engagés pour réveiller le cinéma guinéen endormi depuis le début de la deuxième République, a procédé le dimanche 08 septembre dernier à Conakry, à son premier casting afin de détecter ses acteurs pour la réalisation de ses différents films et séries.

Très passionnés par le cinéma, ils étaient plus d’une vingtaine de jeunes élèves et étudiants à faire ce casting au cours duquel, les membres du jury étaient basés sur la diction, la présentation physique et la naturalité de chacun des candidats comme critères de recrutement.

Dans l’ensemble, après le casting, les responsables de la structure CGV se disent stupéfaits de la prestation des candidats et très satisfaits du premier résultat obtenu.

 Selon eux, le bilan est positif et ça ne restera seulement que la formation des retenus avant de passer à la réalisation du premier film de la structure intitulé, «A qui la faute».

Au cours de ce casting, le Directeur Général de la structure CGV, M. Dioubaté Cheick Oumar déclare être surpris de voir un nombre aussi important, «franchement je suis surpris car, je ne m’attendais pas à tout ce beau monde vraiment si motivé. Cela me pousse à croire que nous irons très loin. Mais seulement, on a encore besoin des gens car, nous avons beaucoup de projets à réaliser qui demandent la participation d’un nombre pléthorique des jeunes talentueux, surtout des jeunes filles. Donc, la porte est grandement ouverte pour ceux là qui veulent venir » a-t-il ajouté.

Cheick Oumar a ensuite profité de l’occasion pour dire aux sortants de l’université des Beaux Arts de Dubréka de venir mettre en valeur leurs compétences au sein de leur structure.

Quant aux autorités guinéennes, il a souhaité un soutien matériel et financier dans ce que fait sa structure.

A rappeler que la structure CGV a un pied dans la tradition et le second dans la modernité et elle ne se super mini electronic cigarettes limite pas seulement à la production  des films ou des séries qui est leur activité principale mais aussi, des spots audio visuels, la présentation des sketchs, des stand up, et elle s’intéresse également au poème, à la comédie et dans tout ce qui est événementiel notamment, la production des artistes et leurs dédicaces.

Pour ce qui est du financement, le chargé de Communication de ladite structure, Cissé Soufiane  nous a affirmé ceci: «nous ne possédons pas un capital proprement dit pour faire face à tous nos projets. Mais pour le moment, avant que les personnes de bonne volonté, des partenaires ou l’Etat ne viennent en aide, nous essayons de nous organiser entre nous en acceptant de faire de sacrifice en vue de prendre nous-mêmes, les charges de la structure».

Cela prouve à suffisance, la détermination des jeunes qui composent cette structure qui se donnent pour objectif, la  relance et la revalorisation de la culture guinéenne qui n’a pas une place importante dans le monde culturel.

 La preuve est que, la Guinée est absente dans les grands festivals culturels africains et mondiaux depuis des décennies, malgré le maximum d’efforts que fournissent certains comédiens du pays comme, Kabakoudou, Grand devise, Moussa Koffoé, Vieux koumi, Bomba etc….qui manquent du professionnalisme dans leur théâtre qui fait que la Guinée ne peut pas les présenter sur les scènes mondiales.

Mesurant toutes ces carences citées plus haut et vu l’ambition qui anime la structure Cinéma Guinéen en Valeur, comme son nom l’indique, il est judicieux que le ministère en charge de la culture accompagne cette structure en la subventionnant afin qu’elle puisse atteindre ses objectifs.

A noter qu’au sein de ladite structure, ils figurent des talents de certains pays voisins comme le Sénégal, le Mali et surtout l’insertion d’un réalisateur chevronné venant du Nigéria, mais d’origine guinéenne, M. Ibrahima Oularé qui a réalisé et tourné pas mal de films au Nigéria. Il est à la fois, réalisateur, acteur et monteur. Tous ceux-ci travaillent en synergie avec nos acteurs guinéens afin que les produits qui seront présentés, soient respectés, et qu’ils soient hautement professionnels et vendables à l’étranger.

Oumar M’Böh pour Aminata.com

(+224) 622.624.545/666.369.744

Oumarmbo38@yahoo.fr

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here