Idrissa Samping Diallo, représentant de l'OGDH à Labé
Idrissa Samping Diallo journaliste et représentant de l'OGDH à Labé

L’antenne locale  de  l’OGDH reprouve la  plainte  formulée par  les  sapeurs-pompiers contre  l’auteur  du   coup  de  couteau  mortel  d  Domby la  semaine  dernière, que  les  soldats  du  feu accusent  d’être  la  cause  de  la  destruction  de  leur  citerne.

Idrissa  Samping  Diallo ne s’est  pas fait  prié  pour désapprouver  par voie  de  presse  la  démarche du  patron  du  camp  des  sapeurs Morikani  Camara.

« j’ai été  surpris et  très inquiet de  la  sortie  du   commandant  Morikani d’autant  plus  que c’est  un officier  de  police censé  maitriser  la  législation  guinéenne. Il est dit que la responsabilité pénale est individuelle, c’est  vrai, il y a  un  présumé assassin  qui a été mis aux arrêts mas lui  il  ne  répondra que  de  cet  acte  d’assassinat  sur  son  ami.

Et il  est  dit  que  personne ne  doit se  rendre  justice, il  y a  des  gens  qui  ont  piqué  une  colère suite à l’assassinat  d’un  jeune de  Domby mais  la  loi  dit  que  quand tu  es  en  colère  tu  ne  te  rends pas  justice, ceux  qui  se  sont  rendus justice doivent  être recherchés par  les services  compétents et  trimbalés  devant  les juridictions  compétentes.

Maintenant si  commandant  Morikani  a choisi la  solution  de  la  facilité pour dire que  celui qui  a assassiné  est responsable de  tout  ce  qu’il s’est  passé  après, au moment  où  on  parle de  règlement  de  compte, de  vengeance  et  de  justice  populaire je  dis  qu’il  passe  à côté… »

L’activiste des droits de  l’homme a  estimé  que  le  patron des  sapeurs-pompiers devait  pédagogiquement  se  ranger derrière  le  préfet  Safioulahi  Bah  qui a tenu un discours  responsable dans  lequel  il  reprouve  la  justice  populaire et  indique  à  ses citoyens  qu’on  ne  se  rend  pas  justice. Pour  lui ce  comportement  de  l’officier  peut  même agir sur les soulèvements ultérieurs à Labé.

                                                                                                                                        Ousmane  K. Tounkara

PARTAGER