Rate this post

Le 28 septembre 2013, les citoyens guinéens se sont rendus aux urnes, pour élire leurs représentants à l’Assemblée Nationale et mettre ainsi fin à la transition démocratique entamée depuis 2010.

Le calme et la discipline, qui ont marqué le scrutin du samedi 28 septembre, en dépit des défaillances et des anomalies qui ont révélé les limites de la CENI, étaient pour exprimer la forte aspiration de l’écrasante majorité de nos populations à la paix et à la démocratie, dans la cohésion et dans l’unité de la Nation.

Cette attitude hautement responsable des citoyens guinéens, qui a été saluée par tous les observateurs, visait aussi à donner aux acteurs de la classe politique, la leçon sur les immenses bénéfices que notre Pays peut tirer des vertus du dialogue et de leur entente mutuelle. En effet, si le calme et la discipline ont prévalu le jour du scrutin, c’était aussi parce que le choix de la date du 28 septembre était le résultat d’un consensus politique obtenu, sous la houlette de la communauté internationale.

La classe politique et les dirigeants des institutions républicaines impliquées dans ce processus électoral doivent avoir le courage et l’honneur d’imiter ce bel exemple de maturité donné par les guinéennes et les guinéens, en se hissant de manière patriotique et digne, à la hauteur des responsabilités qui sont les leurs, dans la construction démocratique de notre Pays.

Notre Pays se retrouve dans un tournant décisif et risqué. En effet, force est de rappeler que, par la faute de nos acteurs politiques de la mouvance et de l’opposition qui, en imposant toujours aux braves Populations, des solutions aussi provisoires qu’aléatoires, pour régler leurs désaccords, maintiennent le Pays dans la récurrence des crises et troubles politiques!

Pour éviter à la Guinée les conséquences imprévisibles d’un retour à ces interminables crises dont les citoyens ne veulent plus,  nous demandons :

•    A la CENI de réaliser un sursaut patriotique, en observant les recommandations contenues dans la déclaration de la Communauté internationale, en date du 08 octobre 2013, pour donner ainsi la preuve de transparence et de préservation de l’intégrité des suffrages tels que exprimés par les citoyens, à cette ultime étape de gestion des résultats ;

•    A la Cour suprême de faire honneur à la ‘’Justice’’, en disant strictement le droit, dans l’impartialité et le respect des standards internationaux, en matière électorale. Il y va de la paix et de la stabilité mais aussi de la crédibilité de notre Pays dans la sous-région et dans le monde;

•    Au Président de la République de refuser tout piège de quelque provenance qu’il soit, susceptible de mettre en mal ses responsabilités historiques et son statut sublime de garant de la Constitution, de la justice et de la Paix, afin de parachever la transition démocratique dans la cohésion, la stabilité et l’unité nationale ;

•    Aux membres du Gouvernement de demeurer au service Payday Loans exclusif de tous les guinéens ; toutes obédiences politiques, culturelles et confessionnelles confondues ;

•    Aux leaders politiques de tous bords, de privilégier le calme, la modération, l’unité nationale et, le cas échéant se limiter au seul recours aux voies légales, pour la résolution de leurs revendications éventuelles et aux décisions qui en découlent, en vue d’un dénouement apaisé de la gestion de ces élections et pour donner de meilleures chances à des préparatifs plus transparents des prochaines échéances ;

•    Aux citoyennes et citoyens de garder le calme et de veiller à la paix dans la fraternité, l’unité et la concorde nationales tout en évitant les pièges résultant de l’instrumentalisation de nos différences. L’intérêt supérieur des citoyens est dans la consolidation de la démocratie, de l’unité nationale, ainsi que dans la promotion du développement socio-économique durable, vrai défi du moment, à l’image de tous les Pays du monde et plus particulièrement des pays voisins ;

•    A la Communauté internationale, d’évaluer son rôle de garant des dispositifs de sécurisation du processus électoral et de la mise en œuvre de l’Accord politique du 3 juillet dans toute son intégralité.

Au terme de cette épreuve électorale, que les citoyens espéraient être une opportunité de réconciliation avec cette date emblématique pour la Guinée et pour l’Afrique, le Jour du  28 septembre, ne doit pas être terni une fois de plus.

 C’est pourquoi, au regard des enjeux et de l’exceptionnelle opportunité que ces élections offrent à notre Pays, chaque fille et fils de Guinée doit œuvrer pour que les législatives qui viennent de se dérouler, ne soient autre chose qu’une étape vertueuse. C’est à ce prix et en s’appropriant des déclarations des principales missions d’observations des élections législatives (UA et UE) et de celle de la Communauté Internationale en date du 08 octobre 2013, que la classe politique, la CENI et la Cour Suprême donneront la marque historique de leur grandeur.

En tout état de cause, les impacts économiques néfastes de nos incessantes crises politiques sur les populations, les pertes en vies humaines, les blessés et les dégâts matériels importants enregistrés, pour en arriver là, sont de trop pour qu’on laisse entrevoir encore les prémisses d’une nouvelle impasse politique susceptible de nous retourner dans ce cycle de violences ! Pour prévenir cela, un sursaut national qui interpelle tous les citoyens guinéens devient un impératif, pour chacun d’entre nous.

C’est pourquoi, Nous en appelons à une mobilisation citoyenne générale de tous les guinéens épris de paix et de justice, et soucieux de notre avenir commun et indissociable, pour la souscription à une pétition pour la paix qui sera lancée dans les prochains jours, en vue d’exprimer le ras-le bol des citoyens face au blocage et à la prise en otage du pays par la classe politique.

Conakry le Mercredi le 16 Octobre 2013
Plateforme Nationale des Citoyens
Unis pour le Développement (PCUD)               

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Un bon article , le probleme est que le Guineen ne fait pas confiance a sa justice voila tout le probleme et ce qui est souvent la cause de ces violences car cette justice a roule et roule toujours a la vitesse presidentielle !!!!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here