Sauf changement de dernière minute, la démission d’Elhadj Mahamed Saïd Fofana, Premier ministre, et de son gouvernement est attendue dans les heures qui viennent à en croire nos sources, habituellement bien informées.

Selon une source proche du gouvernement qui a exigé l’anonymat, la décision de renouveler l’actuelle équipe a été réitérée de vive voie par le Chef de l’Etat, lors du Conseil des Ministres, qu’il présidé hier jeudi 2 janvier.

A l’occasion, Alpha Condé s’est montré visiblement remonté contre son Premier ministre, qui, malgré les annonces répétées de mettre en place un « gouvernement de mission » par le Chef de l’Etat, semble retarder de présenter sa démission.

Au sortir de la rencontre, la décision aurait été finalement prise de rendre collectivement le tablier en demandant au Premier ministre de préparer la lettre qui sera soumise vraisemblablement aux ministres pour signature. Et de toute évidence, la nouvelle équipe pourrait être mise en place avant la rentrée parlementaire convoquée le 13 janvier.

Sur le nom du nouveau patron de la primature, les spéculations vont bon  train. Plusieurs sources citent l’actuel argentier du pays, Kerfalla Yansané tandis que d’autres portent leur pronostic sur Kémoko Touré, récemment remercié à la tête de la CBG. Cependant, à côté de ces deux ultra favoris, figurent l’actuel ministre délégué à la défense, Me Kabélé Camara et le ministre d’Etat aux travaux publics et transports, Ousmane Bah. Bien entendu que l’inconnu pourrait ne pas figurer sur cette liste. La décision n’appartenant que le Chef de l’Etat, seul autorisé par la Constitution dans ce choix.

 

Toute fois et selon un engagement électoral passé en 2010 entre le candidat du RPG et la Basse Côte, le Premier ministre devra venir de cette région. Une promesse tenue jusqu’ici même si le locataire de Sékoutouréya a promis tout récemment (ndlr : lors de la rencontre avec la communauté Baga), que ses nominations ne seront plus à base ethnique mais sur la compétence.

Mohamed Saïd Fofana, originaire de Forécariah en Basse Guinée, a été nommé premier ministre en décembre 2010, à la grande surprise l’opinion.

B.Abdallah/Aminata.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here